NOUVELLES
25/09/2012 10:38 EDT | Actualisé 25/11/2012 05:12 EST

Une usine produisant de l'énergie verte sera construite à Trois-Rivières

QUÉBEC - Une usine transformant des résidus forestiers et de pâtes et papiers pour produire de l'électricité sera construite à Trois-Rivières, en Mauricie, et entrera en service au printemps 2015.

La compagnie québécoise Innoventé a signé un contrat de 25 ans avec Hydro-Québec, d'une valeur d'environ 225 millions $, pour la production de 8,8 MW d'électricité.

L'énergie découlant de la transformation de matières résiduelles organiques en combustible devrait permettre de répondre aux besoins énergétiques de quelque 10 000 personnes.

La construction de l'usine, qui représente un investissement de 30 à 35 millions $, débutera à l'automne 2013 dans le parc industriel des Hautes-Forges. Une centaine de travailleurs devraient être mis à contribution.

Une fois l'usine opérationnelle, une quarantaine de personnes y travailleront. Le président d'Innoventé, Richard Painchaud, souligne que ces emplois seront de bonne qualité et bien rémunérés.

Il cite à titre d'exemple les nombreux anciens employés de la papetière White Birch de Québec qui ont trouvé un poste dans une autre usine d'Innoventé, basée à St-Patrice-de-Beaurivage dans Chaudière-Appalaches et qui entrera en service d'ici quelques semaines.

«Il s'agit de mécaniciens, d'instrumentistes et d'opérateurs de machineries haute pression qui représentent des emplois de très bonne qualité», a dit M. Painchaud.

Il dit vouloir construire des usines de transformation de biomasse à travers le Québec. Des pourparlers seraient d'ailleurs bien avancés dans les régions de Montréal, du Bas-du-Fleuve et du Nord du Québec.

«Notre modèle à nous est régional et vise à utiliser des matières résiduelles qui sont produites dans chacune des régions et de les convertir en combustible», a souligné M. Painchaud.

«Nous avons démontré que notre technologie est efficace et économiquement viable pour produire de l'énergie, mais aussi pour attaquer la problématique de la gestion des matières résiduelles organiques, tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Tout le monde y gagne», a ajouté M. Painchaud.