NOUVELLES
25/09/2012 08:35 EDT | Actualisé 25/11/2012 05:12 EST

Le Nouveau-Brunswick poursuit ses efforts pour attirer des touristes français

Des entrepreneurs français qui offrent des forfaits touristiques visitent les attractions du Nouveau-Brunswick cette semaine.

Le groupe est formé d'une dizaine de représentants qui découvrent l'Acadie, son histoire, sa culture. Ils visitent des lieux susceptibles d'intéresser les voyageurs français, par exemple la Péninsule acadienne et la baie de Fundy. Il s'agit d'une visite guidée organisée par le ministère du Tourisme.

Depuis l'avènement des congrès mondiaux acadiens, certaines provinces, notamment le Nouveau-Brunswick, se sont rendu compte que la France est un marché intéressant. En fait, les touristes français constituent, après les Américains, le deuxième groupe de visiteurs au Canada.

Le Nouveau-Brunswick tente depuis plusieurs années d'attirer les Français. Le nombre de touristes français dans la province aurait doublé en cinq ans, passant d'environ 10 000 à 20 000. L'objectif est de doubler encore cela d'ici cinq ans.

Selon Robert Landry, directeur général de la Commission du tourisme acadien, le tourisme français au Nouveau-Brunswick connaît une lente, mais constante progression.

« Il y a juste du côté du marché français où on continue à faire du progrès. [...] À force d'être présents sur le marché français, notamment avec le Festival interceltique de Lorient, on commence à bâtir une certaine notoriété. Ça fait déjà 7 ou 8 ans. La clientèle française, ils sont 60 millions, alors il y a encore beaucoup de potentiel à faire venir de la clientèle », souligne Robert Landry.

La province appuie financièrement et régulièrement des participations à des festivals et à des salons en France. Jean-Charles Allain, président de l'Association touristique de Kent, juge que ces efforts sont tout à fait justifiés, et il croit que le Nouveau-Brunswick peut en faire plus.

« Je verrais peut-être encore plus d'efforts, plus de marketing en France, plus de salons touristiques. Il faut peut-être élaborer un peu plus que sur la culture. Quand les Français viennent ici, ils viennent beaucoup pour rencontrer les Acadiens, aussi les anglophones, tous les gens de la province. Ils trouvent que l'accueil est très bon. Il y a plus que juste la culture, il y a quand même de beaux attraits naturels, écologiques et tout ça », explique Jean-Charles Allain.