NOUVELLES
25/09/2012 08:04 EDT | Actualisé 25/11/2012 05:12 EST

Il faut encore trouver 14 millions $ pour le Musée des droits de la personne

WINNIPEG - La campagne de collecte de fonds destinée au Musée canadien des droits de la personne, à Winnipeg, a encore besoin de 14 millions $ pour atteindre son objectif, en plus de devoir recueillir de l'argent supplémentaire pour payer les intérêts d'un prêt gouvernemental.

Mardi, la porte-parole du groupe de collecte de fonds du musée, Gail Asper, a indiqué que l'organisation désirait se concentrer sur les deux années à venir pour amasser le plus d'argent possible.

Mme Asper n'a pas voulu donner la somme exacte qui restait à dénicher; elle a plutôt expliqué que cela dépendrait de la vitesse à laquelle des mécènes privés se manifesteraient, puisque le groupe paie des intérêts sur un prêt garanti par le gouvernement.

Le groupe vise des dons privés totalisant 150 millions $.

Mme Asper et d'autres travaillent à mettre fin au gonflement des coûts d'un musée qui a suscité la controverse en raison de l'explosion des frais.

Mis de l'avant, il y a une décennie, par le père de Mme Asper, le défunt magnat des médias Izzy Asper, le projet de musée devait coûter 260 millions $. Au fil du temps, cependant, les coûts de construction ont grimpé, d'abord à 310, puis à 351 millions $, et tous les paliers de gouvernement ont reçu des requêtes de plus en plus nombreuses pour accorder du financement.

En 2007, le gouvernement fédéral a essentiellement pris le contrôle du projet, présenté comme le premier musée national à l'extérieur de la région de la capitale.

Malgré des difficultés de financement, le prêt garanti par le gouvernement assure que les fonds nécessaires sont disponibles et que les travaux pourront être effectués.

La Fédération des contribuables canadiens dit ne pas être opposée au nouveau musée, mais en a critiqué l'explosion des coûts.