Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Dryden se départit de la téléphonie

La Ville de Dryden veut redresser ses finances en divisant et vendant son entreprise de téléphonie. La décision vise à réduire le déficit de 27 millions de dollars, causé en partie par des investissements infructueux dans la technologie sans fil.

L'entreprise TBaytel a fait une offre à la Ville pour acheter la partie mobilité sans fil de Dryden Municipal Telephone System (DMTS) et le conseil a accepté, en principe, la vente.

Le directeur général de Dryden, Joe van Koeverden, souligne que Bell Aliant achètera les lignes terrestres de DMTS. Une rencontre publique doit avoir lieu le 27 septembre et la Ville doit approuver les offres d'achat au début octobre.

Le maire de Dryden, Craig Nuttal souligne que « Dryden n'arrive pas à concurrencer les géants de la mobilité ».

100 ans après son ouverture, la compagnie municipale de téléphonie sera vendue, comme l'a fait Kenora, il y a quelques années.

Le maire juge que c'est un pas dans la bonne direction. « Nous ne pouvons pas augmenter les impôts fonciers, nous venons d'approuver une hausse de 10 % », dit-il.

M. van Koeverden estime pour sa part que Dryden devra aussi essayer de diversifier sa base industrielle, mais remarque qu'il y a peu d'occasions de croissance économique dans le Nord.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.