NOUVELLES
10/09/2012 12:59 EDT | Actualisé 10/11/2012 05:12 EST

Washington se félicite de la libération par l'Iran d'un pasteur évangélique

Les Etats-Unis se sont félicités lundi de la libération par l'Iran d'un pasteur qui avait été emprisonné en 2009 et condamné à mort pour s'être converti de l'islam au christianisme, tout en dénonçant une nouvelle fois l'état des libertés religieuses dans ce pays.

Les "Etats-Unis saluent les informations selon lesquelles les autorités iraniennes ont libéré le pasteur Youcef Nadarkhani et l'ont finalement autorisé à retrouver sa famille", selon un communiqué de la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland.

Washington réclamait cet élargissement depuis quasiment trois ans.

Le pasteur iranien Nadarkhani avait été arrêté en octobre 2009 et condamné à mort en septembre 2010 pour apostasie en vertu de la charia en vigueur en Iran, parce qu'il s'était converti au christianisme à l'âge de 19 ans. Aujourd'hui âgé de 34 ans, il est le pasteur d'une petite communauté évangélique baptisée "Eglise d'Iran". La Cour suprême iranienne avait annulé ce verdict en juillet 2011 et renvoyé l'affaire devant le tribunal de Rasht dans la province de Gilan (nord), d'où le pasteur est originaire. Son deuxième procès a eu lieu en septembre 2011 mais le verdict n'a pas été rendu public.

Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne et la France, redoutaient son exécution.

"En dépit de la bonne nouvelle (de sa libération), la situation des libertés religieuses en Iran reste grave: beaucoup d'Iraniens restent emprisonnés et risquent des poursuites simplement en raison de leurs croyances", a encore une fois dénoncé le département d'Etat, répétant l'engagement des Etats-Unis à "continuer de se tenir aux côtés des Iraniens qui se battent pour faire respecter leurs droits humains fondamentaux".

nr/jca