NOUVELLES
10/09/2012 02:13 EDT | Actualisé 10/11/2012 05:12 EST

Syrie: les exactions commises par les rebelles ces dernières semaines

L'exécution ce week-end d'une vingtaine de soldats syriens par des rebelles à Alep (nord) est le troisième incident de ce type enregistré ces dernières semaines.

Le conflit en Syrie a commencé en mars 2011 par une contestation pacifique qui s'est militarisée face à la brutale répression, faisant plus de 27.000 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

-- 2012--

- 31 juil: Des images tournées par un amateur et postées sur YouTube par des militants montrent des rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) exécutant des partisans du régime à Alep (nord), en proie à de violents combats pour le contrôle de la ville.

Selon les images, les rebelles entourent l'un des captifs, au visage ensanglanté et presque nu, avant de le mettre face à un mur. D'autres prisonniers sont alignés à côté de lui alors que les combattants scandent "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand). Ces derniers ouvrent ensuite le feu sur les prisonniers, identifiés comme des membres de la tribu des Berri, qui participent aux combats aux côtés des forces du régime.

- 13 août: Trois vidéos amateur postées sur YouTube montrent des rebelles jetant des corps du toit d'un bâtiment, égorgeant sauvagement un homme et exécutant un autre par balles.

L'un des documents montre une foule se rassemblant autour de plusieurs corps qui gisent sur la chaussée avant que trois autres victimes ne soient jetées du toit d'un bâtiment. Dans une autre vidéo, un homme, les yeux bandés et les mains liées dans le dos, essaie de résister alors qu'un groupe le force à s'allonger sur la chaussée avant d'être égorgé.

Ces vidéos, qui n'ont pu être ni authentifiées ni datées, semblent avoir été tournées dans la région septentrionale d'Alep.

- 10 sept: Une vidéo diffusée par l'OSDH montre une vingtaine de corps d'hommes habillés en treillis, à plat ventre dans une rue, la tête ensanglantée. Debout, se tiennent des hommes armés, en treillis ou en civil, dont l'un d'eux fait le signe de la victoire et un autre lâche un mot de mépris à l'égard des victimes.

Selon l'OSDH, ces soldats ont été sommairement exécutés par des rebelles les 7 ou 8 septembre à Alep après avoir été capturés dans une caserne du quartier Hanano, dans l'est de la ville.

Le 15 août, une commission d'enquête de l'ONU a accusé les forces gouvernementales et les chabbihas (milices pro-régime) de crimes contre l'humanité, et l'opposition armée de crimes de guerre mais à une échelle beaucoup plus limitée.

kd/acm