NOUVELLES
10/09/2012 12:02 EDT | Actualisé 10/11/2012 05:12 EST

Raids meurtriers sur plusieurs régions en Syrie (ONG)

L'armée de l'air pilonnait lundi plusieurs régions de Syrie notamment des quartiers rebelles de la ville d'Alep (nord), où 28 personnes ont péri dans un attentat la veille, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Lundi, les violences ont fait au moins 27 morts, dont 19 civils, 5 soldats et 3 rebelles à travers la Syrie, selon un bilan provisoire de cette organisation qui s'appuie sur un large réseau de militants et de témoins.

Au moins cinq civils, dont une femme et un militant, ont été tués dans ces raids aériens qui ont visé notamment les quartiers de Marjé (sud), Sakhour, Hanano et Tariq al-Bab dans l'est et Cheikh Khodr, proche du centre.

"Plusieurs immeubles se sont effondrés et les rebelles utilisent des batteries anti-aériennes", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, président de l'OSDH, basée en Grande-Bretagne.

Des combats violents se sont déroulés dans le quartier Amiriyé (sud) tuant un soldat et en blessant d'autres, tandis que deux civils ont péri près de la caserne Hanano, dans l'est d'Alep, de même source.

Vingt-huit personnes ont été tuées dans l'attentat qui s'est produit dimanche dans le quartier du Stade municipal, dans l'ouest d'Alep, selon l'OSDH qui fait état de "militaires parmi les tués".

L'agence officielle Sana a qualifié l'attentat de "terroriste" et donné le même bilan, faisant aussi état de 64 blessés.

Selon un habitant, l'attentat a visé "un barrage de l'armée régulière", détruisant partiellement deux hôpitaux, Al-Hayat et Al-Markazi, et entièrement trois bâtiments résidentiels.

"Une très grande quantité d'explosifs" a été utilisée dans cet attentat qui a creusé un cratère de 10 mètres de diamètre et de trois de profondeur, a-t-il dit à l'AFP.

Selon des témoins, des combats se poursuivaient dans le périmètre de la caserne de Hanano, une importante base militaire, alors que d'autres affrontements se déroulaient à l'entrée de Boustane al-Bacha, proche du centre, à la lisière du quartier Al-Midane.

Ailleurs dans le pays, cinq civils ont péri et des dizaines d'autres ont été blessés dans le bombardement de Sayeda Zeinab, haut lieu de pèlerinage chiite proche de Damas.

A Damas, un jeune homme a été abattu par balles dans le quartier Tadamoun, soumis à d'intenses bombardements de l'armée dont quatre membres ont été tués.

Selon l'OSDH, les corps de 27 personnes ont été retrouvés dans ce quartier où les troupes régulières ont en outre retiré 17 corps en rasant au bulldozer un cimetière récemment aménagé par les habitants pour enterrer leurs morts .

Dans la région de Damas, deux civils ont été tués dans le secteur de Al-Hajarié près de Douma et la ville de Zabadani, soumis à d'intenses bombardements ainsi que localité de Babila. De nombreux habitants de Yalda fuyaient par crainte d'un assaut des forces armées, a indiqué l'OSDH.

Dans le sud du pays, un rebelle a été tué par les forces régulières et une femme et un enfant ont péri dans le pilonnage de la localité de Nouaïmé, dans la province de Deraa, berceau de la contestation.

A Hama (centre), les villages de Latamné, Houeiz, Haouach et Houaïjé étaient bombardés par les forces du régime et un rebelle a été tué dans des combats.

Dans la province d'Idleb (nord-ouest), les villages Oum Rich, Cheikh Ibrahim, Machmayane n'ont pas non plus été épargnés: une femme et un enfant ont été tués dans le pilonnage du village de Hass, toujours selon l'OSDH qui fait état de violents affrontements dans la ville même d'Idleb.

Un rebelle a péri dans des combats dans le secteur de Qastal à Lattaquié, sur la côte.

Plusieurs personnes ont été grièvement blessées à Deir Ezzor (est) dont des quartiers sont pilonnés par les forces gouvernementales.

Dimanche, les violences ont fait 160 morts --108 civils, 22 rebelles et 30 soldats-- à travers le pays, selon l'OSDH.

ram-rm/sk/feb