NOUVELLES
10/09/2012 11:19 EDT | Actualisé 10/11/2012 05:12 EST

L'Irlande doit encore consentir "des efforts difficiles", selon le FMI

L'Irlande, placée sous assistance financière internationale depuis 2010, a renoué avec la croissance mais doit encore consentir des "efforts difficiles" en réduisant ses dépenses, a indiqué lundi le FMI qui a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour le pays.

"L'économie a recommencé à croître modérément mais des risques de détérioration restent élevés et de nouveaux et difficiles efforts sont requis pour promouvoir une reprise durable", écrit dans un rapport le FMI, abaissant ses prévisions de croissance en Irlande en 2012 (de 0,5% à 0,4%) et surtout 2013 (de 1,9% à 1,4%).

Plombée par son secteur bancaire, l'Irlande avait vu son produit intérieur brut (PIB) chuter de 8% entre 2008 et 2010 et avait été contrainte fin 2010 à solliciter l'aide de ses partenaires européens et du Fonds monétaire international. Un plan de 85 milliards d'euros avait été accordé au pays en contrepartie d'économies draconiennes.

Notant que l'Irlande a renoué avec la croissance 2011 (+1,4%), le FMI salue "l'important assainissement budgétaire qui a déjà été accompli" mais appelle à "mieux cibler" les mesures d'économie, notamment sur les retraites des fonctionnaires, afin de ramener le déficit sous la barre des 3% en 2015.

Le Fonds appelle plus généralement à "des réformes profondes" des services de l'Etat afin de réaliser des économies à moyen terme, "spécialement dans le domaine de la santé et de l'éducation".

De nouvelles coupes dans les salaires des fonctionnaires ne sont pas à exclure, a encore ajouté le FMI qui avait autorisé le déblocage d'une nouvelle tranche d'aide à Dublin de 920 millions d'euros.

Dans son rapport, le Fonds se félicite que le gouvernement ait "réorganisé" et "recapitalisé" le système bancaire irlandais mais souligne que le secteur n'a toujours pas renoué avec les bénéfices et que l'activité de prêts reste "faible".

Le Fonds appelle à nouveau le fonds de secours européen (Mécanisme de stabilité, MSE) à prendre "temporairement" des participations dans les banques irlandaises afin "de doper leur rentabilité".

jt/sl/are