Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Automobile : loin d'une entente, à une semaine de la date butoir

Le syndicat des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA) se plaint de la lenteur des négociations avec Chrysler, General Motors et Ford, alors que les conventions collectives de ses membres arrivent à échéance le 17 septembre.

Les trois grands continuent à exiger des concessions pour demeurer concurrentiels, alors que les TCA voudraient que les compagnies partagent leurs profits avec les travailleurs, maintenant qu'elles ont évité la faillite, grâce notamment aux concessions de leurs membres.

Le syndicat s'inquiète, par ailleurs, du refus des trois constructeurs américains de confirmer de nouveaux investissements dans leurs usines ontariennes.

Les TCA ont menacé la semaine dernière de faire la grève simultanément dans les usines des trois compagnies au Canada, si une entente de principe n'est pas conclue d'ici une semaine, du jamais vu pour le syndicat.

Le président des TCA, Ken Lewenza, demeure, néanmoins, optimiste.

Le leader syndical de Windsor et président du comité de négociation avec Chrysler, Dino Chiodo, ajoute que les travailleurs veulent des garanties en matière d'investissements et de sécurité d'emploi, « des questions que la compagnie (Chrysler) refuse d'aborder à l'heure actuelle. »

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.