NOUVELLES
09/09/2012 09:06 EDT | Actualisé 09/11/2012 05:12 EST

Un Iran doté de l'arme nucléaire n'est "pas une option", affirme Westerwelle

Le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle, en visite en Israël, a affirmé dimanche qu'un Iran doté de l'arme atomique n'était "pas une option", appelant "en urgence" Téhéran à entamer "de réelles négociations".

"Nous partageons les craintes israéliennes sur le programme nucléaire de l'Iran", a-t-il dit au début d'une rencontre avec le ministre israélien de la Défense Ehud Barak à Jérusalem.

"Un Iran doté de l'arme atomique ne serait pas seulement une menace pour Israël mais pour la stabilité de toute la région. Un Iran doté de l'arme atomique n'est pas une option", a-t-il poursuivi.

La communauté internationale soupçonne l'Iran de chercher à se doter de l'arme nucléaire sous couvert d'un programme civil, ce que Téhéran dément catégoriquement.

Israël considère ce projet comme "une menace existentielle" et a averti ne pas exclure une attaque préventive contre les installations nucléaires de l'Iran.

"Nous allons maintenir les sanctions et la pression diplomatique sur l'Iran. Nous voyons encore de la place pour la diplomatie", a précisé M. Westerwelle, selon des propos rapportés par son cabinet. "Nous appelons en urgence l'Iran à entamer de réelles négociations".

Les sévères sanctions bancaires imposées à l'Iran depuis 2010 ont ralenti l'activité industrielle, réduit les investissements étrangers, provoqué une inflation de plus de 20%, accru le chômage et entraîné une pénurie de devises.

Samedi, les ministres européens des Affaires étrangères se sont prononcés pour un renforcement des sanctions à l'encontre de Téhéran.

Israël sait que l'"Allemagne est un pilier de la communauté internationale, face à l'Iran qui poursuit sa marche continue (pour développer) une capacité militaire nucléaire", a pour sa part déclaré le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak.

Il a salué "le rôle de l'Allemagne dans les sanctions comme dans la diplomatie, et dans tout ce qui peut être nécessaire pour bloquer" Téhéran.

Le chef de la diplomatie allemande a réitéré qu'un Iran nucléaire n'était "pas une option" avant sa rencontre, en fin d'après-midi, avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

M. Netanyahu, faisant allusion à la dernière salve de roquettes, qui se sont abattues dimanche sur Israël, détruisant une maison à Nétivot, a prévenu qu'Israël punirait les auteurs des tirs.

"Je suis totalement déterminé à faire savoir clairement à ces terroristes qu'ils ne peuvent pas agir de la sorte impunément", a déclaré M. Netanyahu dans un communiqué de ses services, avant sa rencontre avec M. Westerwelle.

"Ils ont payé le prix de leurs crimes dans le passé et ils paieront de nouveau", a-t-il ajouté.

Les relations entre la chancelière allemande Angela Merkel et M. Netanyahu sont en froid à propos de la colonisation israélienne et le blocage des négociations avec les Palestiniens.

Mais la visite de M. Westerwelle survient à un moment de nouvelles tensions, le journal israélien Haaretz affirmant qu'Israël cherchait une entente avec le gouvernement allemand pour assurer que les ventes d'armes aux pays arabes ne porteraient pas atteinte à l'avantage militaire qualitatif d'Israël.

La semaine dernière, le quotidien allemand Bild affirmait qu'Israël avait protesté au plus haut niveau à propos d'un contrat de vente de sous-marins à l'Egypte.

jjm-dms/hj