NOUVELLES
09/09/2012 03:36 EDT | Actualisé 09/11/2012 05:12 EST

Un employé de l'UNRWA tué près d'un camp de réfugiés palestiniens en Syrie

Un employé de l'UNRWA, l'agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens, a été tué dimanche matin près du camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, dans la périphérie de Damas, d'une balle dans la poitrine, a annoncé l'organisation, dont le siège se trouve à Jérusalem-Est.

"Un membre de l'UNRWA en Syrie, âgé de 28 ans, a été tué alors qu'il allait prendre un bus pour se rendre au travail. Il a été tué dans la région de Or'uba, à la limite sud de la zone de Yarmouk", indique le communiqué.

Le camp de Yarmouk, situé à quelques kilomètres du centre de Damas, est le plus grand camp de réfugiés palestiniens en Syrie. Il compte plus de 150.000 réfugiés, selon le communiqué de l'UNRWA.

Selon des proches de la victime, cités dans le communiqué, il a été tué d'une balle dans la poitrine, sans qu'il ait été possible de déterminer s'il s'agissait d'une balle perdue ou de celle d'un tireur embusqué.

"C'est la deuxième fois qu'un employé de l'UNRWA est tué dans la zone de Yarmouk en trois jours. Entre le 6 et le 8 septembre, dix réfugiés palestiniens du camp de Yarmouk ont été tués dans le conflit syrien", ajoute le texte de l'UNRWA, sans donner davantage de détails sur l'identité de la victime.

"Les menaces à la vie des civils et les risques de blessures graves et de déplacements restent très élevés pour tous les résidents de Yarmouk et des zones voisines", précise le communiqué.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), le camp de Yarmouk est divisé entre partisans et détracteurs d'un mouvement palestinien radical pro-régime, le Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG), basé à Damas.

Les violences en Syrie ont causé la mort de plus de 27.000 personnes depuis le début du conflit en mars 2011, selon l'OSDH.

Le conflit a été déclenché par un mouvement de contestation pacifique qui s'est militarisé face à la répression menée par le régime décidé à en finir avec une rébellion qu'il assimile à du "terrorisme".

dms/sw