NOUVELLES
09/09/2012 01:20 EDT | Actualisé 09/11/2012 05:12 EST

Gabon: les principaux partis d'opposition demandent une conférence nationale

Vingt partis d'opposition, dont le parti dissous l'Union nationale (UN) et l'Union du peuple gabonais (UPG), ont fait front commun dimanche en signant à Mouila (centre-ouest) un document demandant la tenue d'une "conférence nationale" afin de parvenir à "l'alternance politique démocratique".

"Pour parvenir à cet objectif d'une alternance politique démocratique, l'opposition gabonaise dans son ensemble exige du pouvoir actuel l'organisation d'une Conférence Nationale Souveraine", selon la déclaration dont l'AFP a eu copie.

Cette déclaration est signée notamment par l'UN du principal opposant André Mba Obame et par l'UPG du leader historique Pierre Mamboundou décédé en 2011, dont les relations ont été tendues par le passé.

C'est la première fois que l'opposition adopte un front commun sur ce thème. Jusqu'ici, l'organisation de cette conférence était uniquement l'apanage de partis dans le sillage de l'UN.

Cette revendication a été lancée par l'UN au retour de M. Mba Obame au Gabon après 14 mois à l'étranger en raison de problèmes de santé. Ancien baron du régime passé dans l'opposition à la mort d'Omar Bongo en 2009, M. Mba Obame revendique la victoire à la présidentielle de 2009 remportée par le fils d'Omar Bongo, Ali Bongo. M. Mba Obame s'est autoproclamé président de la République en 2011. Son immunité parlementaire avait été alors levée et son parti dissous.

Depuis son retour mi-août, le chef du parti interdit a fortement mobilisé ses partisans, demandant notamment l'organisation d'une conférence nationale et le départ du président Ali Bongo.

Le 18 août, la coalition de partis regroupés autour de l'UPG avait, sans emboîter le pas à l'UN, lancé un appel "à la concertation" après les violences de la manifestation non autorisée lancée par l'UN le 15 août pour réclamer la conférence nationale. Opposant historique, Pierre Mamboundou, classé officiellement 3e de la présidentielle, réclamait lui aussi la victoire à la présidentielle.

str-pgf/jb