NOUVELLES
08/09/2012 11:55 EDT | Actualisé 08/11/2012 05:12 EST

Allemagne - Pezzoni met en doute l'honnêteté de son ancien club

Kevin Pezzoni, forcé de quitter son club de Cologne après avoir été physiquement menacé par des supporteurs, estime que ses anciens dirigeants ont peut-être profité de la situation pour "se débarrasser" de lui, dans un entretien à paraître dimanche dans le quotidien Welt am Sonntag.

"Je n'ai jamais voulu résilier mon contrat. La proposition m'a été transmise par le club", déclare Pezzoni qui a accepté la séparation, présentée par le club comme acquise par consentement mutuel après que le joueur de 23 ans eut été menacé devant son domicile suite à la défaite contre Cottbus vendredi (1-0).

"Ma situation n'allait pas s'améliorer. Qui sait si au prochain mauvais match, je n'allais pas retrouver ces types dans mon appartement plutôt qu'à l'extérieur", poursuit Pezzoni, accusant ses ex-dirigeants de ne pas l'avoir protégé comme il se doit.

"Un club est supposé protéger ses joueurs des supporteurs. Ce n'était pas le cas", affirme l'ex-international Espoirs, comme si le club, relégué en 2e division, "attendait la bonne occasion pour se débarrasser de moi".

Pezzoni avait déjà été impliqué dans un incident la saison dernière, victime d'une fracture du nez lors d'une agression durant la période de carnaval.

Les autorités du football allemand s'étaient mobilisées autour du cas Pezzoni, le sélectionneur Joachim Löw dénonçant une situation "inacceptable" alors que le manageur de la Mannschaft avaient qualifiés de "criminels" ce type de supporteurs".

"Maintenant, ça doit être clair pour tout le monde qu'il ne peut y avoir aucune tolérance vis-à-vis d'un cas comme celui-là", avait estimé pour sa part le président de la Ligue allemande de football (DFL) Reinhard Rauball.

sg/jr