NOUVELLES
07/09/2012 09:52 EDT | Actualisé 07/11/2012 05:12 EST

Le pétrole évolue en baisse à New York, inquiet pour la demande

Les cours du pétrole évoluaient en baisse vendredi en début de séance à New York, les courtiers restant très prudents face à la situation économique mondiale et malgré une baisse prononcée des réserves de brut américain.

Vers 13H40 GMT, le baril de référence pour livraison en octobre perdait 42 cents à 95,11 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les prix étaient pourtant partis en hausse après l'ouverture de la séance, portés notamment par des chiffres "particulièrement décevants" de l'emploi aux Etats-Unis, selon Matt Smith, de Summit Energy.

Le taux de chômage des Etats-Unis est en effet retombé en août à 8,1% après trois mois de hausse, principalement en raison d'une diminution de la population active puisque les embauches ont parallèlement fortement baissé, selon des chiffres officiels publiés vendredi à Washington.

Cette "déception sur les créations d'emplois pourrait conduire l'administration américaine à décider d'une nouvelle phase d'assouplissement monétaire, qui est toujours une bonne chose pour le prix des matières premières", a souligné Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

Une telle opération favorise l'achat d'actifs peu risqués et plus rentables, comme les matières premières.

Toutefois "toute hausse observée ces derniers jours retombe rapidement au vue de l'état de l'économie mondiale", a indiqué John Kilduff d'Again Capital.

De plus, les courtiers pariaient sur une possible utilisation des réserves américaines de pétrole, suite à l'annonce jeudi d'une baisse prononcée des stocks de brut aux Etats-Unis.

"Le gouvernement s'inquiète de la hausse des prix de l'essence à quelques semaines des élections et pourrait tenter d'utiliser ce moyen pour atténuer cette augmentation qui affecte les consommateurs", a noté M. Lipow.

Selon lui, la baisse des réserves était "due à l'ouragan Isaac et au fait que la production tarde à revenir à la normale".

Le passage d'Isaac dans le golfe du Mexique la semaine dernière avait entraîné l'arrêt préventif pendant plusieurs jours de plus de 90% de la production de brut dans la région et la reprise de l'activité reste très progressive.

jum/sl/sam