NOUVELLES
07/09/2012 12:10 EDT | Actualisé 07/11/2012 05:12 EST

La grève à Egyptair suspendue, le trafic toujours perturbé

Les hôtesses et stewards d'Egyptair ont annoncé vendredi avoir gelé la grève qui a obligé la compagnie nationale égyptienne à suspendre ses vols internationaux au départ du Caire pendant 12 heures.

Le personnel navigant a décidé de suspendre son mouvement "jusqu'à une réunion avec le ministre de l'Aviation civile Samir Imbabi dimanche", ont indiqué des représentants des grévistes à des journalistes.

Des représentants des hôtesses et stewards, qui réclament de meilleures conditions de travail, se sont mis d'accord, lors d'une rencontre avec le ministre du Tourisme Hicham Zazou, sur une suspension de la grève en échange d'une réunion avec des responsables de l'aviation civile.

Le personnel navigant commercial devait reprendre le travail en fin de journée mais il faudra environ 24 heures avant un retour à la normale, une cinquantaine de vols ayant en tout été annulés, selon une source aéroportuaire.

A l'aéroport du Caire, des centaines de passagers bloqués patientaient, dont beaucoup par terre, et certains, frustrés par l'attente, prenaient à parti des employés, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Egyptair avait annoncé tôt vendredi avoir décidé de suspendre ses vols internationaux au départ du Caire de 04H00 à 16H00 (02H00 à 14H00 GMT), en raison de la grève.

La compagnie avait précisé que les vols intérieurs n'étaient pas concernés et qu'elle faisait "le maximum pour contenir la situation".

Selon un responsable de la compagnie s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, le coût de la suspension des vols pourrait s'élever à 6 millions de livres égyptiennes (plus de 750.000 euros).

Plusieurs mouvements de grève ont eu lieu en Egypte depuis la chute du régime du président Hosni Moubarak le 11 février 2011 sous la pression de la rue.

Les conflits sociaux dans des secteurs comme l'industrie ou les transports ont pesé sur une économie déjà très affectée par la chute du tourisme et la baisse des investissements étrangers.

En octobre 2011, des dizaines de vols avaient été retardés à l'aéroport du Caire en raison d'une grève perlée des contrôleurs aériens, qui réclamaient une augmentation salariale.

str-iba/tp