NOUVELLES
07/09/2012 07:40 EDT | Actualisé 07/11/2012 05:12 EST

La crise syrienne menace la sécurité de l'Europe, estiment Paris et Rome

Un échec de la communauté internationale à résoudre la crise syrienne menacerait gravement la sécurité de l'Europe, préviennent Paris et Rome dans une lettre qui propose une réunion extraordinaire des ministres européens sur la Syrie en septembre à New York.

"Si nous échouions en Syrie, la stabilité du Moyen-Orient serait compromise et la sécurité de l'Europe, sous tous ses aspects, du terrorisme à la prolifération des armes en passant par l'immigration illégale et la sécurité énergétique, serait gravement menacée", préviennent les ministres italien et français des Affaires étrangères, Giulio Terzi et Laurent Fabius.

Les ministres européens des Affaires étrangères ont entamé vendredi et samedi à Paphos, sur l'île de Chypre, une réunion informelle dominée par la crise syrienne.

Dans leur lettre, MM. Terzi et Fabius proposent de profiter de l'occasion pour avoir une discussion "stratégique substantielle sur le rôle et l'action de l'UE en Syrie", dont les résultats pourraient constituer "la base d'une éventuelle réunion extraordinaire" des ministres européens sur la Syrie courant septembre, par exemple en marge de l'assemblée générale de l'ONU à New York.

Dans une autre lettre, leur homologue britannique William Hague se dit "particulièrement impressionné par l'escalade de la crise des réfugiés humanitaires" et estime qu'il faut augmenter l'aide.

"Nous avons besoin de toute urgence de contributions supplémentaires aux efforts humanitaires", a-t-il souligné à son arrivée à Paphos.

La Commission européenne a à cet égard annoncé vendredi qu'elle allait débloquer une aide humanitaire supplémentaire de 50 millions d'euros pour aider les civils syriens.

Le versement de cette aide doit encore recevoir l'aval du Parlement européen et des 27 gouvernements de l'UE. Cela devrait porter la contribution totale de la Commission européenne à 119 millions d'euros, a précisé l'exécutif européen dans un communiqué.

Si on ajoute l'aide directe des Etats, l'aide fournie par l'UE à la population syrienne devrait atteindre, avec le versement de cette nouvelle aide, 200 millions d'euros, soit la moitié environ de l'ensemble de l'aide humanitaire internationale en faveur des victimes de la crise.

L'UE est en tête des efforts visant à répondre à l'appel à des fonds supplémentaires lancé par les Nations unies.

yo/sbh