NOUVELLES
07/09/2012 04:08 EDT | Actualisé 07/11/2012 05:12 EST

Grand Prix cycliste de Québec: l'Australien Simon Garrans l'emporte au sprint

QUÉBEC - L'Australien Simon Garrans a remporté le Grand Prix cycliste de Québec, vendredi, devançant au sprint, au bout de 201,7 kilomètres de dur labeur, le Belge Greg van Avermaet (BMC).

Garrans (Orica Greenedge), qui succède au Belge Philippe Gilbert (BMC) absent cette année sur Grande-Allée, a négocié les 16 boucles de 12,6 kilomètres en quatre heures, 53 minutes et quatre secondes.

Le Portugais Rui Alberto Faria da Costa (Movistar), champion à Montréal l'an dernier, a pris le troisième rang.

Victime d'une chute dès le tour initial, François Parisien (Spidertech) s'est admirablement bien relevé. Parisien, de Bromont, a été le meilleur Canadien, avec une 10e position, à quatre secondes derrière.

«C'est le meilleur résultat de ma carrière, a-t-il relevé. C'est un résultat satisfaisant parce que j'ai connu une année très difficile. Je suis descendu vraiment bas. J'ai fait une dépression en début de saison après avoir été victime d'une blessure. Pendant deux mois, je n'allais vraiment pas bien», a-t-il confié.

L'athlète âgé de 30 ans a en outre mentionné que le soutien reçu de plusieurs personnes de son entourage, particulièrement de Paulo Saldanha, président-fondateur de Powerwatts à Montréal, l'avait aidé à s'en sortir.

«De revenir à ce niveau, c'est ma façon de leur dire merci, a-t-il ajouté. Je leur fais un gros cadeau. Ils vont être encore plus satisfaits que moi. Maintenant, j'espère faire partie de la sélection canadienne en vue des Championnats du monde (de Valkenburg, aux Pays-Bas, dans deux semaines).

Deux des équipiers de Parisien, Ryan Roth et Guillaume Boivin, ont fini 23e et 25e, respectivement. David Veilleux (Europcar) a terminé 28e, dans un groupe qui a accusé un retard de 14 secondes. Son équipier français Thomas Voeckler a fini septième.

Attention, voilà Sagan!

Garrans et van Avermaet ont résisté à la poussée de Peter Sagan (Liquigas-Cannondale). Le Slovaque, vainqueur de trois étapes du Tour de France cette année, a figé à environ 150 mètres du dénouement final.

«Je voyais bien Sagan s'amener, a commenté Garrans, qui a qualifié le parcours de Québec de «plus difficile» sur le circuit mondial. Je me suis accroché. D'avoir eu Greg à mes côtés a aidé parce que nous avons pu unir nos efforts.»

Devant son public, Bruno Langlois (Garneau-Quebecor) a remporté le titre de meilleur grimpeur aux points. Langlois a aussi orchestré une échappée tardive en compagnie du Danois Chris Anker Sorensen (Saxo Bank).

«Ce n'était pas un objectif pour moi (d'être le champion de la montagne), a admis Langlois. Je suis satisfait de ma course. Je suis un coureur combatif et je suis allé à l'avant, je me suis montré. Je préfère faire ça que de finir 22e, et en plus j'ai gagné le titre de meilleur grimpeur. C'est bon pour moi et pour les commanditaires», a résumé celui qui a finalement pris le 30e rang.

Un autre Québécois, Hugo Houle (Spidertech), a animé la plus longue échappée de la journée, à huit coureurs. Le cycliste de Sainte-Perpétue, âgé de 22 ans, a été décalé avec une quarantaine de km à faire. Il a tenu à compléter l'épreuve aux côtés de son équipier Martin Gilbert.

Hesjedal casse

Quelques ténors annoncés, le Norvégien Edvald Boasson Hagen (Sky), le Français Sandy Casar (FDJ Big Mat) et l'Australien Matthew Goss (Orica Greenedge), ont rendu les armes.

Boasson Hagen, récent vainqueur du Grand Prix de Plouay, en France, a retraité directement au bercail, au Château Frontenac, à une cinquantaine de km de la fin.

Le Canadien Ryder Hesjedal (Garmin-Sharp) a cassé à six km de l'arrivée et il n'a pu faire mieux que la 94e place, à 5:18 du champion.

«Je n'avais tout simplement pas les ressources pour finir la course avec force», a commenté le champion du Tour d'Italie cette année.

«C'est la pire course d'une journée pour renouer avec la compétition, a repris l'athlète de Victoria, en Colombie-Britannique, inactif à la suite de sa participation aux Jeux olympiques. Je n'ai pas négligé l'entraînement à la maison, et je me sentais bien. Mais vous devez être au sommet de votre forme afin de connaître du succès ici. J'espère que je serai dans une meilleure forme dimanche.»

Hesjedal va tenter de retrouver ses jambes en vue de la course de Montréal, une affaire de 205,7 km, au total, sur un circuit routier de 12,1 km à parcourir 17 fois.

La jeune équipe canadienne, celle de Garneau-Quebecor, ne sera pas de la partie.