NOUVELLES
07/09/2012 07:56 EDT | Actualisé 07/11/2012 05:12 EST

Cinq membres des forces de l'ordre tués dans un attentat à Damas devant une mosquée (TV)

Cinq membres des forces de l'ordre ont été tués dans un attentat à la moto piégée qui s'est produit à la sortie d'une mosquée dans le nord de Damas après la prière de vendredi, a rapporté la télévision officielle syrienne.

"Un attentat terroriste s'est produit à Roukneddine à la sortie de fidèles de la mosquée al-Roukniya", a indiqué la chaîne, précisant qu'une "motocyclette piégée" était à l'origine de l'explosion.

Cinq membres des forces de l'ordre ont péri dans l'attaque, a ajouté la télévision.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) rapporte de son côté qu'"au moins cinq membres des forces gouvernementales ont été tués et six autres blessés dans l'explosion d'une bombe sur la place Chamdine dans le quartier Roukneddine, alors que des membres des forces de sécurité se trouvaient près de la mosquée al-Roukniya".

Depuis le début de la révolte en mars 2011, les forces de l'ordre encerclent les mosquées tous les vendredis, journée traditionnelle de mobilisation dans le pays, afin d'empêcher les manifestations de se former à l'issue de la prière et ouvrent souvent le feu sur les manifestants, selon des militants et l'OSDH.

Ce vendredi, les militants anti-régime avaient placé les cortèges sous le slogan "Homs assiégée nous appelle", en référence à la troisième ville du pays où les bombardements de l'armée sont incessants et la situation humanitaire désastreuse.

Des manifestations "massives", selon l'OSDH, ont eu lieu dans plusieurs localités rebelles de la province d'Idleb (nord-ouest), comme à Khan Cheikhoune, ainsi que dans la province de Damas comme à Harasta où l'armée menait de vastes opérations militaires pour écraser la rébellion, assimilée à du "terrorisme" par le régime.

Des vidéos ont montré des dizaines de jeunes manifestant dans une ruelle dans les quartiers de Barzé et de Assali à Damas. "Syrie, une révolte de dignité et de liberté", scandaient-ils notamment.

Dans les quartiers de Chaar et de Sakhour dans l'est d'Alep, deuxième ville du pays déchirée par la guerre, des défilés ont eu lieu "malgré les bombardements", a affirmé l'OSDH, qui se base sur un large réseau de militants et de témoins.

Plus de 35 obus se sont abattus sur Chaar, a précisé la Commission générale de la révolution syrienne (CGRS), qui regroupe des militants à travers la Syrie.

rim-ram/sbh