NOUVELLES
06/09/2012 12:06 EDT | Actualisé 06/11/2012 05:12 EST

Un émissaire français en Mauritanie discute du Mali avec le président Aziz

L'ambassadeur français Jean Felix-Paganon, conseiller du chef de la diplomatie française pour le Sahel, a été reçu jeudi à Nouakchott par le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz avec lequel, selon lui, il a été "exclusivement" question de la situation au Mali.

"Nos discussions ont porté exclusivement sur la situation au nord du Mali", a déclaré à la presse M. Felix-Paganon au terme de plus d'une heure de discussions avec le président mauritanien.

L'ambassadeur français a indiqué qu'il conduisait une délégation "associant" la présidence et le ministre des Affaires étrangères de son pays, délégation qui a achevé à Nouakchott une tournée de plusieurs jours dans six pays de la région dont le Mali, pays voisin de la Mauritanie.

Selon lui, les discussions ont porté sur le nord du Mali, depuis cinq mois aux moins d'islamistes extrémistes armés qui en ont évincé des rebelles touareg auxquels ils s'étaient initialement alliés, ainsi que la requête adressée cette semaine par le président malien de transition, Dioncounda Traoré, à la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

"Nous avons évoqué avec le président (Ould Abdel Aziz) ce qu'il convenait de faire à partir de l'élément nouveau que constitue l'envoi par le président Dioncounda Traoré d'une lettre à la Cédéao demandant l'assistance de cette organisation et plus largement de la communauté internationale", a affirmé Jean Felix-Paganon.

"Nous sommes convenus, effectivement, à la fois de la gravité que constitue la menace terroriste au Nord-Mali et de la nécessité d'y faire face, mais également de l'impérieuse nécessité de développer le dialogue politique qui permettra aux forces politiques qui sont présentes au nord du Mali - qui ne sont pas des forces terroristes - de participer à l'effort commun pour parvenir à la réunification du Mali", a-t-il ajouté.

"Les choses sont claires pour nous: le dialogue est possible avec certains, mais il est radicalement impossible avec les forces terroristes. En conclusion, nous pouvons faire état d'une très, très large convergence de vues à la fois dans nos analyses et de la façon dont nous voyons les prochaines étapes", a-t-il dit.

M. Felix-Paganon, qui était arrivé mercredi soir à Nouakchott, a quitté la Mauritanie jeudi.

hos/cs/mrb/jb