NOUVELLES
06/09/2012 06:35 EDT | Actualisé 06/11/2012 05:12 EST

Mondial-2014/qualif - L'Allemagne de Löw doit convaincre

L'Allemagne de Joachim Löw se doit de débuter sa campagne de qualification au Mondial-2014 par une victoire convaincante sur les Iles Féroé, vendredi à Hanovre, afin de redorer un blason terni par la déception à l'Euro-2012 puis la défaite en amical contre l'Argentine.

Il paraît loin le temps où l'Allemagne louait Löw. Le temps du 10/10 en qualifs à l'Euro-2012 jusqu'à la victoire (4-1) sur la Grèce en quarts de finale. L'élimination face à l'Italie (2-1) en demie puis la défaite face à l'Argentine (3-1) ont généré une pluie de critiques des spécialistes, dont le plus virulent fut l'ancien gardien Oliver Kahn.

Löw a fait le dos rond. Puis il a pris les devants: "Beaucoup de choses ont été écrites. Maintenant, on va montrer ce dont on est capable", a lâché le sélectionneur après l'annonce de ses 22 élus pour affronter les Féroé, rampe de lancement pour relever le défi de l'Autriche quatre jours plus tard à Vienne.

"On veut gagner nos deux premiers matches pour démarrer sur de bonnes bases. En interne, on sait le chemin à parcourir et ce qu'on veut réaliser", a-t-il affirmé, tout en évoquant un parcours "plus dur cette fois", dans un groupe C comportant "des adversaires plus exigeants tels la Suède, l'Irlande et l'Autriche".

Le Mondial au Brésil, terme annoncé de son contrat débuté en 2006, est la dernière chance pour Löw, 52 ans, de répondre aux attentes d'un pays privé de trophée international depuis l'Euro-1996.

Pour son 85e match à la tête de la sélection, le sélectionneur aux 57 victoires (13 nuls et 3 défaites) va profiter notamment du retour du gardien Manuel Neuer et du capitaine Philipp Lahm pour redonner de l'imperméabilité à une défense qui a concédé 5 buts lors des deux derniers matches.

"En défense, il faut améliorer notre jeu sans ballon", a jugé le coach, qui a opté pour une première du Bavarois Philipp Lahm sur le flanc droit afin de laisser une nouvelle chance au "Dortmunder" Marcel Schmelzer.

L'avantage est évidemment de débuter face à une proie facile, classée au 154e rang mondial et basée sur de nombreux semi-pros. Mais qui n'a cédé que 1-0 face à l'Italie en qualifs pour l'Euro...

Qu'importe! La Mannschaft n'a pas d'autre issue que d'offrir à son public la 500e victoire de son histoire, de préférence plus large que lors des deux précédentes confrontations (2-0 et 2-1) face à un bloc qui sera certainement bétonné.

Le tout avec la manière et la rage de vaincre, remises en cause après la domination argentine. Chaque joueur, chaque compartiment du jeu, chaque décision de Löw seront passés au crible des observateurs allemands, voire étrangers.

Comme les Autrichiens. Dominés durant le parcours de qualifs à l'Euro, les voisins du sud sont invaincus depuis et restent sur une victoire (2-0) sur la Turquie en amical...

sg/gv