NOUVELLES
06/09/2012 06:00 EDT | Actualisé 06/11/2012 05:12 EST

Mondial-2014 - Qualif. - Europe: la route de Rio est ouverte

Deux mois après la finale de l'Euro-2012, les équipes du Vieux continent reprennent la compétition vendredi, cette fois pour tenter de s'ouvrir la route du Nouveau monde avec le début des qualifications pour le Mondial-2014 au Brésil.

L'Espagne, championne du monde et d'Europe en titre (groupe I), est exemptée de cette première journée et se mettra en jambes vendredi avec un amical contre l'Arabie saoudite, avant un déplacement en Géorgie mardi prochain pour rentrer dans le vif du sujet.

Dans ce groupe, le seul à 5 équipes, tous les regards se tourneront vers la France, qui se déplace à Helsinki contre la Finlande. L'été a encore été agité chez les Bleus. Laurent Blanc a jeté l'éponge et cédé sa place à Didier Deschamps. L'ancien capitaine des Bleus doit soigner l'image d'une sélection à l'image écornée par certains écarts (comme les insultes à la presse de Samir Nasri, qui a encore deux matches de suspension à purger pour cela).

L'ex-entraîneur de Monaco, de la Juventus et de Marseille doit, comme ses prédécesseurs, stabiliser une défense mouvante. Dernier rebondissement en date, Hugo Lloris, gardien et capitaine, vient d'être transféré de Lyon à Tottenham, où l'entraîneur André Villas-Boas a laissé entendre qu'il serait la doublure!

L'Italie, vice-championne d'Europe, se déplace pour son premier match dans le groupe B en Bulgarie. La "Nazionale" évoluera sans Mario Balotelli qui va se faire opérer des yeux. Les Bulgares seront privés de Dimitar Berbatov, qui a refusé de réintégrer la sélection.

L'Allemagne, demi-finaliste de l'Euro, a droit à un départ en douceur avec la réception des Îles Féroé (154e au classement Fifa) dans le groupe C. Mais l'état de grâce est fini pour Joachim Löw, et le public allemand ne voudra rien d'autre qu'une victoire fleuve avec une attitude irréprochable des joueurs de la "Mannschaft".

Un autre sélectionneur est aussi dans le collimateur: Louis van Gaal, qui a repris les rênes des Pays-Bas et doit faire oublier l'humiliation de l'Euro-2012 (élimination au premier tour). Et les "Oranje" ont dans le groupe D un tout adversaire que les Féroé, avec la Turquie.

Dans le groupe F, un des plus relevés de ces éliminatoires, le nouveau sélectionneur de l'équipe des tsars, l'Italien Fabio Capello, a décidé, face à l'Irlande du Nord à Moscou, de se passer d'Andrei Arshavin. Le meneur de jeu de la Russie avait terni son image à la fin de l'Euro en étant filmé dans le salon de son hôtel à Varsovie en train de lancer que l'élimination de la Russie au premier tour était le problème des supporters, pas le sien...

Le Portugal, autre membre de ce groupe, se déplace au Luxembourg. L'adversaire est facile (106e au classement Fifa) mais Cristiano Ronaldo devra gérer le tourbillon médiatique qu'il a provoqué en étalant son mystérieux spleen au Real Madrid. Certains pensent qu'il ne souhaite qu'une revalorisation salariale. Et "CR7" de passer encore une fois pour une diva capricieuse.

Son nouveau partenaire au Real, Luka Modric, entamera son parcours de qualification dans le groupe A à la baguette d'une équipe de Croatie qui ne devrait pas avoir de trop de problème à domicile contre la Macédoine. Dans cette poule, la Belgique du jeune Eden Hazard, qui a pris une autre dimension en passant cet été de Lille à Chelsea, se déplacera au Pays de Galles.

Enfin, dans le groupe H, l'Angleterre, quart de finaliste de l'Euro-2012, ne devrait pas avoir de souci à se faire en Moldavie, même en l'absence de Wayne Rooney, qui s'est blessé avec Manchester United.

pgr/ybl/gv