NOUVELLES
06/09/2012 01:03 EDT | Actualisé 06/11/2012 05:12 EST

L'ONU critique la grâce accordée par Bakou au soldat meurtrier d'un Arménien

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon est "préoccupé" par la grâce accordée par l'Azerbaïdjan à un soldat rapatrié qui avait décapité en Hongrie un officier arménien et espère qu'elle ne nuira pas à la paix au Nagorny Karabakh, a indiqué jeudi son porte-parole.

Le lieutenant Ramil Safarov avait été condamné en Hongrie à la perpétuité en 2004 pour le meurtre de l'officier arménien Gourgen Margarian. Extradé vers son pays par les autorités hongroises, il a été gracié aussitôt par le président azerbaïdjanais, Ilham Aliev.

"L'ONU souligne la responsabilité des Etats membres de respecter les normes internationales et les principes de la loi dans les affaires criminelles afin de combattre l'impunité", a déclaré le porte-parole de M. Ban, Martin Nesirky.

"Nous espérons que cette question ne nuira pas au processus de paix au Nagorny Karabakh et à la confiance entre les parties" à ce processus, a-t-il souligné, ajoutant qu'il "n'y a pas d'alternative à une solution pacifique" à ce conflit.

Les Etats-Unis, l'Union européenne et la Russie se sont également dits préoccupés par la décision de Bakou.

L'affaire a ravivé les tensions entre Bakou et Erevan qui se disputent depuis des années sur la question du Nagorny Karabakh.

Rattaché à l'Azerbaïdjan pendant la période soviétique, le Nagorny Karabakh a proclamé son indépendance, non reconnue par la communauté internationale, après une guerre qui a fait 30.000 morts entre 1988 et 1994.

Un cessez-le-feu a été signé en 1994, mais Bakou et Erevan n'arrivent pas à se mettre d'accord sur le statut de la région.

avz/mdm