NOUVELLES
06/09/2012 07:38 EDT | Actualisé 06/11/2012 05:12 EST

Large pétition pour obtenir la grâce d'un condamné à mort en Pennsylvanie

Près de 150 ex-juges et procureurs, spécialistes de l'enfance et de la santé, ont déposé jeudi une pétition pour demander la grâce d'un condamné à mort, victime d'abus sexuels dans son enfance, qui doit être exécuté pour le meurtre de deux de ses agresseurs.

Terry Williams doit être exécuté le 3 octobre en Pennsylvanie (nord-est), après avoir été condamné à mort pour un meurtre commis trois mois et demi après sa majorité, peut-on lire dans cette pétition.

Il a tué, en 1986, un homme soupçonné d'avoir participé aux abus sexuels et physiques subis pendant son enfance. Un an plus tôt, à l'âge de 17 ans, il avait tué un autre de ses agresseurs présumés.

"Le jury n'a jamais su que ces morts étaient directement liées à l'histoire d'abus sexuels de Terry par ces hommes et d'autres hommes plus âgés qui a commencé quand Terry avait seulement six ans", peut-on lire dans cette demande de clémence au gouverneur Tom Corbett et au comité des grâces de Pennsylvanie.

Plus d'une vingtaine de spécialistes de l'enfance et d'anciens jurés au procès ont joint leur voix à cette pétition de 22 anciens procureurs et juges, 34 professeurs de droit, 40 professionnels de santé mentale et 36 responsables religieux, dont l'archevêque de Philadelphie Charles Chaput. Ils réclament que la condamnation à mort soit commuée en réclusion criminelle à perpétuité.

S'il est exécuté le 3 octobre, "il sera le premier condamné à être mis à mort sans être volontaire, en cinquante ans" dans cet Etat, a précisé sa défense, dans un communiqué.

"Les preuves d'abus dans ce dossier sont claires", ont indiqué les professionnels de l'enfance, dans une lettre. "Il n'y a aucun doute que Terry a été abusé et exploité de manière répétée et violente dans son enfance et son adolescence par des hommes plus âgés manipulateurs. Les actes de violence de Terry ont hélas une explication de la pire sorte: pétri de colère et de haine de soi, Terry a attaqué et tué deux des hommes qui l'ont agressé sexuellement et fait tant de mal".

Dans la pétition, plusieurs jurés au procès ont en outre indiqué que s'ils avaient connu l'histoire de l'accusé, ils l'auraient condamné à la prison à vie sans possibilité de libération. En outre, la veuve de la dernière victime "a pardonné Terry et ne veut pas le voir exécuté pour le meurtre de son mari", selon le texte.

chv/jca