NOUVELLES
06/09/2012 04:36 EDT | Actualisé 06/11/2012 05:12 EST

Bettman, Daly et Fehr ne seront pas payés s'il y a un lock-out dans la LNH

WINNIPEG - Les principaux acteurs des négociations entourant le renouvellement du contrat de travail dans la LNH ne seront plus rémunérés si la ligue décrète un lock-out la semaine prochaine.

Donald Fehr, le directeur exécutif de l'Association des joueurs de la LNH (AJLNH), a déclaré qu'il ne recevait plus de salaire depuis le 1er juillet, et une source a mentionné à La Presse Canadienne que le commissaire Gary Bettman et son adjoint Bill Daly prévoient l'imiter si une nouvelle entente n'est pas en place d'ici le 15 septembre.

C'est une pratique à laquelle a adhéré Fehr lors de son passage à la tête du syndicat des joueurs des Ligues majeures de baseball, et à laquelle son prédécesseur à la tête de l'AJLNH, Bob Goodenow, s'est plié lorsque la saison 2004-05 a été annulée en raison d'un lock-out.

«C'est une mesure de solidarité et d'impartialité», a confié Fehr lors d'une entrevue jeudi. «Vous voulez que les joueurs comprennent que vous êtes dans le même bateau qu'eux — vous n'avez pas d'intérêts différents des leurs. Nous pensons que c'est important.»

Pour Bettman et Daly, ça démontre une approche différente de celle adoptée lors de la dernière ronde de négociations. Ils ont reçu un salaire régulier durant le lock-out de 2004-05.

Jeudi, Daly a refusé de confirmer clairement si Bettman ou lui cesserait d'empocher un salaire, mais a ajouté que «la perception que les principaux dirigeants de la ligue continuent d'être rémunérés durant un lock-out n'est pas nécessairement exacte.»

Chaque jour qui passe, la possibilité qu'un autre lock-out soit décrété semble de plus en plus grande.

La LNH et l'AJLNH ont indiqué que les pourparlers, qui sont présentement dans un cul-de-sac, sont sur le point de reprendre, peut-être même dès vendredi. Les deux parties ne se sont pas rencontrées depuis la semaine dernière, lorsqu'une offre de la LNH a contraint le syndicat à déposer une contre-offre avec des modifications à l'offre précédente présentée le mois dernier.

Bettman était frustré qu'ils ne reviennent pas à la charge avec une offre formelle et a indiqué que c'était à l'AJLNH de faire le prochain pas pour reprendre les pourparlers. Cependant, Daly a dit jeudi que ça n'avait pas à être sous forme de nouvelle offre du syndicat.

«Je crois que nous avons été clairs à l'effet que nous n'estimons pas que c'est à nous de présenter la prochaine offre, a expliqué Daly. Nous continuons de croire que nous avons présenté une offre substancielle la semaine dernière, et nous ne sommes pas prêts à négocier contre nous-mêmes à ce stade-ci du processus.»

Les Jets préviennent leurs partisans

Les Jets de Winnipeg ont averti leurs partisans de la possibilité d'un lock-out.

L'équipe a envoyé une note aux détenteurs de billets de saison et aux partenaires corporatifs jeudi dans laquelle elle dit qu'elle a mis sur pied des plans de contingence si jamais un lock-out est décrété.

Les Jets prévoient fournir les détails de ces plans dès que le lock-out sera officiellement décrété dans la ligue.

Les pourparlers pour le renouvellement de la convention collective dans la LNH ont été interrompus vendredi dernier, et l'entente actuelle arrive à échéance le 15 septembre.

La lettre aux clients de l'équipe est signée par Jim Ludlow, le président et directeur général de True North Sports & Entertainment, ainsi que Norva Riddell, le vice-président de l'entreprise responsable des ventes et du marketing.

«Si une nouvelle (convention collective) n'est pas ratfiiée dans ces délais, et qu'il en découle un arrêt de travail, le camp d'entraînement des Jets de Winnipeg pourrait être remis, et il se peut que des matchs préparatoires et des matchs de saison soient annulés», pouvait-on lire dans le document.