NOUVELLES
05/09/2012 09:19 EDT | Actualisé 05/11/2012 05:12 EST

Transferts - Le Paris SG, champion d'Europe... du mercato

Le Paris SG a gagné un premier titre, celui de champion d'Europe du mercato d'été avec quelques 147 millions d'euros d'achats, alors que l'enveloppe globale européenne est à la baisse, avec 1,8 milliards d'euros dépensés cet été contre 2,2 en moyenne entre 2008 et 2011.

En prenant en compte les dernières folies du Zenit Saint-Pétersbourg, les clubs européens ont transféré quelques 20 joueurs à plus de 15 millions d'euros contre 26 en 2011 et un record de 33 en 2009.

Dans la plupart des championnats européens, les tubes de l'été ont eu pour refrain "austérité, dégraissage, rigueur". La crise économique qui frappe le vieux continent, conjuguée à la perspective du fair-play financier de l'UEFA (équilibre financier obligatoire pour les clubs européens sous peine, par exemple, d'exclusion de la Ligue des champions) ont contraint les clubs à calmer le jeu.

Les chiffres sont criants en Espagne: 360 millions dépensés en moyenne entre 2008 et 2011 pour le mercato estival et seulement 126 millions cet été. Finie l'époque des dépenses somptuaires, avec un Real Madrid qui achetait avec 95 millions d'euros le seul Cristiano Ronaldo à Manchester United à l'été 2009.

La baisse est notable dans d'autres championnats phares, comme en Angleterre (470 millions cet été contre 556 millions en moyenne sur 2008-11) ou encore en Italie (341 millions cet été contre 447 en moyenne sur 2008-11).

L'illustration du délabrement du Calcio est la vente des deux joueurs majeurs de l'AC Milan, étranglé financièrement, Thiago Silva et Zlatan Ibrahimovic au Paris SG, club depuis un an propriété des Qataris, assis sur un trésor avec leurs réserves naturelles de gaz.

L'UEFA, selon des éléments transmis à l'AFP, estime que les clubs français ont dépensé à ce jour environ 235 millions d'euros cet été (contre 206 sur la moyenne 2008-11) et vont recevoir quelques 169 millions d'euros pour les transferts de cet été.

Mais la part des dépenses attribuée au PSG est estimée à 147 millions d'euros, en incluant un montant estimé de 40 millions d'euros pour Lucas Moura (Sao Paulo) qui rejoindra le club parisien une fois le championnat brésilien terminé en janvier 2013.

Toujours selon l'UEFA, l'été dernier, les dépenses étaient estimées à 190 millions d'euros en France, dont 86 millions dépensés par le PSG.

L'ovni "Qatari SG" est donc bien champion d'Europe du mercato. Le quatuor --Angleterre, Espagne, Italie, Allemagne-- ne peut plus rivaliser et les éventuels futurs concurrents du PSG en termes de pouvoir d'achat sont à chercher du côté de la Russie.

Le Zenit Saint-Pétersbourg vient ainsi d'affoler le marché en recrutant le Brésilien "Hulk" (Porto) et Axel Witsel (Benfica Lisbonne) pour un montant total qui pourrait avoisiner les 80 millions, fourchette basse, des médias russes évoquant un package à 100 millions d'euros !

Le Zenit appartient au richissime groupe semi-public Gazprom (géant du gaz naturel). Toujours en Russie, Anzhi Makhachkala, du magnat russe du pétrole Suleyman Kerimov, a dépensé 79 millions d'euros en transferts sur les dernières fenêtres de transfert, tandis que le Rubin Kazan, club de la région du Tatarstan riche en pétrole, a lâché 69,4 millions d'euros sur la même période. Sans surprise, la Russie a ainsi davantage dépensé cet été (200 millions d'euros environ en comptant le coup de poker du Zenit) que sur la période 2008-11 (112 millions).

Le Zenit, comme le PSG, sont dépendants des mannes de leurs propriétaires. Contrairement au Bayern Munich, qui génère lui même ses recettes, et a dépensé près de 70 millions, dont 40 pour le seul Javi Martinez. Le Bayern a fait, presque à lui seul, exploser les chiffres en Allemagne: 227 millions dépensés cet été contre 175 millions sur 2008-11.

pgr/smr