NOUVELLES
05/09/2012 12:06 EDT | Actualisé 04/11/2012 05:12 EST

Michelle Obama cherche à recréer la magie

La Première dame des Etats-Unis Michelle Obama a tenté mardi soir de recréer la magie, affirmant que ses quatres années à la Maison Blanche n'avait pas changé Barack Obama et qu'il méritait pour encore quatre ans la confiance du pays.

Lors de la première journée de la convention démocrate à Charlotte (Caroline du Nord), sans jamais mentionner le nom de Mitt Romney, l'adversaire républicain de son mari à l'élection présidentielle du 6 novembre, elle a dessiné en creux tout ce qui séparait les deux hommes.

Souriante, vêtue d'une robe sans manche rose et dorée de la styliste américaine Tracy Reese, elle a fait l'éloge d'un président dont les valeurs ont selon elle guidé les décisions en matière d'économie, d'éducation ou de santé, un homme "en qui nous pouvons croire".

"Il me rappelle que le changement est difficile, que le changement est lent, et qu'il n'arrive jamais immédiatement. Mais au final nous y arrivons, nous y arrivons toujours", a-t-elle déclaré.

"J'ai vu de près ce que c'est que d'être président", a expliqué Mme Obama.

"En tant que président vous recevez toute sorte de conseils de toute sorte de gens, mais au final, quand il faut prendre une décision ... tout ce que vous avez pour vous guider, c'est vos valeurs, votre vision, et les expériences qui dans votre vie vous ont fait ce que vous êtes", a-t-elle ajouté.

Mme Obama a rappelé leurs origines modestes, elle fille d'un employé municipal souffrant de sclérose en plaque et d'une secrétaire, lui fils d'une mère seule "qui peinait à payer ses factures".

"Barack sait ce qu'est une famille qui a du mal". "Barack sait ce qu'est le rêve américain, parce qu'il l'a vécu", a-t-elle insisté.

"Pour Barack, le succès ne se mesure pas à combien d'argent vous gagnez, mais à la différence que vous faites dans la vie des gens", a également affirmé Mme Obama, racontant le père attentionné et le mari dont elle ne voulait pas qu'il change en devenant président.

Mais "j'ai vu qu'être président ne vous change pas, cela révèle qui vous êtes", a-t-elle lancé sous un tonnerre d'applaudissements disant aimer son mari "encore plus qu'il y a quatre ans, et même plus qu'il y a 23 ans".

"Nous devons une fois encore nous rassembler, et nous dresser pour l'homme en lequel nous pouvons croire pour faire avancer ce pays", a-t-elle insisté.

Dynamique, drôle et extrêmement populaire, Michelle Obama, 48 ans, est devenue ces derniers mois la meilleure avocate de son mari, pour essayer d'atténuer la frustration des électeurs par rapport aux piètres résultats de l'économie. Et les convaincre, notamment les femmes, de ne pas lâcher celui en qui ils ont mis tous leurs espoirs de changement en 2008.

Cette avocate de formation, diplômée d'Harvard, mère de deux filles de 11 et 14 ans, a été d'une parfaite discipline dans la campagne.

Depuis le printemps, elle a participé à quelque 80 réunions de collecte de fonds et 24 étapes de campagne pour Barack Obama.

Mme Obama, qui a toujours évité les sujets politiquement sensibles, a bâti sa popularité sur des thèmes qui parlent aux Américains, comme ses campagnes contre l'obésité des enfants et pour une meilleure alimentation --elle a un jardin bio à la Maison Blanche-- ou en faveur des familles d'anciens combattants.

A Charlotte, les délégués démocrates étaient unanimes. "Elle est magnifique, c'est un exemple pour toutes les femmes", a déclaré Shelby County, une grand-mère de Memphis (Tennessee, sud), venue avec sa petite-fille de trois ans.

bd/lb