NOUVELLES
05/09/2012 06:22 EDT | Actualisé 05/11/2012 05:12 EST

Des adversaires politiques de Jean Charest lui rendent hommage

La députée péquiste Agnès Maltais et le député caquiste Gérard Deltell ont réagi, mercredi après-midi, à l'annonce de la démission de Jean Charest à titre de chef du Parti libéral du Québec.

Moins de 24 heures après avoir été battu dans la circonscription de Sherbrooke, le premier ministre sortant et chef libéral a annoncé qu'il quittait ce poste qu'il occupait depuis plus de 14 ans et qui lui a permis de diriger le Québec pendant 9 ans.

Mme Maltais et M. Deltell, deux adversaires politiques de M. Charest, ont tenu à souligner son travail en tant que premier ministre.

« Je ne partage pas du tout les convictions de M. Charest, mais c'était le premier ministre. Alors, il faut saluer son départ avec respect », a indiqué Mme Maltais, qui a été réélue pour un cinquième mandat mardi soir dans la circonscription de Taschereau.

Agnès Maltais a précisé qu'en politique, le départ d'un chef représente une perte pour sa garde rapprochée. « Un conseil des ministres, c'est une meute. On affronte ensemble la vie politique, on prend des décisions, parfois courageuses, et le chef, c'est le ciment, c'est l'unité. Alors, c'est sûr que c'est extrêmement émouvant et désemparant pour les gens qui vivent ça. »

De son côté, Gérard Deltell, qui a été réélu mardi soir dans la circonscription de Chauveau, a tenu à souligner les qualités humaines de Jean Charest. « C'est sûr que quiconque le connaît personnellement sait que c'est un homme très attachant et chaleureux et attentif », a-t-il dit.

« Moi, il me parlait toujours de mes parents, de mes enfants. Je faisais la même chose aussi, je le connais bien [...] Il était capable de faire une très grande distinction entre l'arène politique partisane, pour laquelle il avait un certain talent, et aussi le respect des individus », a ajouté M. Deltell.