NOUVELLES
05/09/2012 02:26 EDT | Actualisé 05/11/2012 05:12 EST

Crime mystérieux en France avec quatre morts et une fillette blessée

Quatre personnes ont été tuées par balles et une fillette grièvement blessée mercredi dans des circonstances mystérieuses sur les hauteurs du lac d'Annecy, dans l'est de la France, où a été découverte leur voiture immatriculée en Grande-Bretagne.

"On n'a pas d'éléments de nationalité", a déclaré à l'AFP dans la soirée le procureur de la République d'Annecy, Eric Maillaud, qui n'a pu approcher la scène de crime dans l'attente de techniciens de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN).

L'alerte aux autorités britanniques devait être donnée plus tard dans la soirée si les victimes se révélaient de cette nationalité.

Les victimes ont été découvertes par un cycliste vers 15H50 (13H50 GMT) dans leur BMW, sur un parking forestier situé sur la commune de Chevaline. Le témoin était entendu dans la soirée par les enquêteurs.

Un homme était à l'avant du véhicule, deux femmes ont été retrouvées sur les places arrières, un cycliste gisait mort à l'avant droit de la voiture et la fillette grièvement blessée retrouvée à l'avant gauche.

Un grand nombre de douilles ont été retrouvées sur le sol, autour du véhicule, a précisé le procureur, témoignant de tirs extrêmement nourris.

La fillette blessée a été transportée par hélicoptère à l'hôpital de Grenoble et était opérée dans la soirée. Son "pronostic vital est engagé", a indiqué le procureur, qui avait dans un premier temps annoncé son décès lors d'un point de presse à Chevaline.

Les enquêteurs ont bouclé la route d'accès à la scène du crime, envahie par de nombreux médias. Les gendarmes ont commencé à entendre les témoins potentiels.

"On on va essayer d'entendre les gens aux alentours. Pour l'instant on ne peut formuler aucune hypothèse", a ajouté le procureur, règlement de comptes ou drame familial.

Il s'agit désormais de "retrouver autour de la scène de crimes le maximum d'indices", a ajouté de son côté le colonel Bertrand François, commandant du groupement de gendarmerie de Haute-Savoie. Ont été mobilisés sur place 60 gendarmes et un hélicoptère a survolé les environs à la recherche d'indices.

Les spécialistes de l'IRCGN doivent travailler jusqu'au petit matin sur la scène de crime et le procureur a annoncé une prochaine conférence de presse jeudi à 14H00 (12H00 GMT) au palais de justice d'Annecy.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères a indiqué "être au courant" des informations publiées sur ce crime et chercher à en savoir plus de manière urgente.

cor-aag-dth/jfr/prh/plh