NOUVELLES
05/09/2012 12:03 EDT | Actualisé 05/11/2012 05:12 EST

Attentat lors du discours de Marois : une victime décédée

Un texte de Florence Meney

Un homme armé a pénétré au Métropolis, à Montréal, où avait lieu le rassemblement du Parti québécois qui célébrait sa victoire aux élections. Alors que la nouvelle première ministre Pauline Marois prononçait son discours, l'homme a fait feu sur deux personnes qui se trouvaient à l'intérieur de la salle.

Une personne est décédée, tandis que la seconde victime est dans un état grave, selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

L'une des deux personnes touchées est un homme. On ignore le sexe de l'autre victime.

Le suspect d'une cinquantaine d'années a été arrêté par les policiers.

La première ministre élue, qui a été évacuée de la scène où elle s'adressait à ses militants par deux gardes du corps, est « en bonne santé », dit la police.

Un incendie a pris naissance derrière le Métropolis, possiblement allumé par le suspect avant qu'il soit arrêté.

Avant d'être emmené par la police, l'homme, menotté et encagoulé, a été entraîné jusqu'à un véhicule en bafouillant des mots indistincts, ressemblant à : « Les anglais se réveillent ».

Pauline Marois garde son sang-froid

Après avoir été emmenée rapidement hors de la scène par ses gardes du corps, Pauline Marois est retournée sur scène et elle a calmement demandé aux militants de quitter la salle.

Son discours, au soir de la victoire, se voulait rassembleur et rassurant. « Un nouvel épisode de notre existence commence », avait déclaré la chef devant un parterre de partisans en liesse, ajoutant souhaiter que ce soit l'occasion pour tous de retrouver la fierté comme peuple.

Pauline Marois a invité les autres partis à l'Assemblée nationale à mettre de côté les divisions, pour se rassembler sur l'essentiel. Promettant elle-même d'être à l'écoute, car, selon elle, l'essentiel unit les élus, soit une fidélité commune à la cause du Québec.

Elle a promis de gouverner avec humilité et écoute.