NOUVELLES
02/09/2012 04:55 EDT | Actualisé 01/11/2012 05:12 EDT

Un dirigeant nord-coréen rencontre le président iranien

Un haut dirigeant nord-coréen a souhaité renforcer les liens de son pays avec l'Iran et réaffirmé l'hostilité commune des deux pays aux Etats-Unis, lors d'une rencontre avec le président iranien, ont rapporté les médias dimanche.

Le président de l'Assemblée populaire suprême de Corée du Nord Kim Young-Nam, qui fait office de chef de l'Etat, a rencontré samedi, lors du sommet des non-alignés de Téhéran, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad afin d'affirmer la "ferme volonté" de Pyongyang de resserrer les liens avec l'Iran, a indiqué l'agence de presse nord-coréenne KCNA.

M. Kim a insisté sur la nécessité d'avoir davantage d'échanges bilatéraux à haut niveau et de développer les liens économiques et diplomatiques au cours des discussions qui se sont déroulées dans une "ambiance amicale", selon KCNA.

Les autorités iraniennes ont déclaré qu'un renforcement des relations bilatérales serait bénéfiques pour les deux nations, félicitant "le ferme anti-impérialisme et la position anti-américaine" de la Corée du Nord, ajoute l'agence de presse officielle nord-coréenne.

"Les deux parties ont échangé des vues (...) sur le renforcement de leur coopération anti-impérialiste, sur le front anti-américain et dans le mouvement des non-alignés", poursuit KCNA.

La Corée du Nord et l'Iran sont tous deux sous le coup de sanctions internationales pour leurs activités nucléaires et leurs gouvernements partagent une profonde hostilité envers les Etats-Unis.

Au cours de la visite de M. Kim en Iran, les deux pays ont aussi signé des accords de coopération dans le domaine de la science, de la technologie et de l'éducation, selon KCNA.

Kim Yong-Nam fait office de chef de l'Etat de facto car Kim Il-Sung, le fondateur de la Corée du Nord décédé en 1994, a été nommé "président pour l'éternité".

Son fils Kim Jong-Il lui a succédé puis, à la mort de ce dernier en décembre dernier, son petit fils Kim Jong-Un.

Une délégation iranienne s'était rendue en Corée du Nord en juillet pour une série de discussions, les deux pays mettant en avant un "front commun contre l'impérialisme et l'hégémonie".

En mai 2011, un rapport américain sur les sanctions avait indiqué que les deux pays étaient suspectés de partager la technologie de missiles balistiques, une accusation démentie par Téhéran.

jhw/ao/aub/jlb