NOUVELLES
02/09/2012 07:46 EDT | Actualisé 02/11/2012 05:12 EDT

Syrie : forte explosion dans le centre de Damas

Une forte explosion s'est produite dimanche près d'une installation de l'armée syrienne dans le quartier d'Abou Roumaneh situé dans le centre de la capitale Damas, selon des médias officiels syriens.

La télévision d'État a annoncé que l'explosion de deux bombes a fait quatre blessés.

La déflagration s'est produite près des bâtiments des services de sécurité et le bureau du vice-président Farouk al-Chareh.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), « deux bombes ont explosé près d'un immeuble rattaché à l'état-major de l'armée et des forces armées dans le centre de Damas ».

Un groupe islamiste obscur, la Brigade des petits-fils du Prophète, qui se présente comme proche de l'Armée syrienne libre (ALS), a revendiqué sur sa page Facebook l'attentat, en affirmant qu'il s'agit d' « une réponse aux massacres à Daraya et dans les autres villes ».

Samedi soir, un attentat à la voiture piégée a fait 15 morts près d'un camp de réfugiés palestinien d'un faubourg de la capitale Damas, Al-Sbeineh.

Plusieurs personnes ont été blessées et les dégâts aux immeubles voisins sont importants, selon l'agence officielle SANA.

L'attentat est imputé à un « groupe terroriste armé », la terminologie officielle pour désigner l'insurrection contre le régime alaouite.

L'opposition tente de resserrer les rangs

Réuni samedi à Stockholm, le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a décidé de s'élargir à de nouveaux groupes opposés au régime de Bachar Al-Assad et de se réformer. Le Conseil tente de répondre aux critiques occidentales qui reprochent à l'opposition syrienne sa division. L'objectif est à terme de former un gouvernement de transition représentatif de toute l'opposition.

Le CNS avait été créé en octobre 2011 par des représentants des Frères musulmans, les Comités locaux de coordination (LCC) qui chapeautent les manifestations, les libéraux, ainsi que des partis kurdes et assyriens, majoritairement des exilés de longue date.