NOUVELLES
01/09/2012 01:21 EDT | Actualisé 01/11/2012 05:12 EDT

Québec/élections: les indépendantistes inquiètent la presse anglophone

La presse anglophone du Canada redoutait samedi la victoire attendue du parti québécois (PQ, indépendantiste) de Pauline Marois lors des élections législatives qui se tiennent mardi dans la province francophone.

"Les électeurs québécois devraient se demander lequel des trois principaux partis serait le plus susceptible de faire avancer leurs intérêts économiques à long terme et lequel aurait le plus tendance à les empêtrer davantage dans des opinions politiques identitaires", soutient un éditorial du Globe and Mail.

Le grand quotidien de Toronto rappelle que le Québec détient la plus importante dette publique des provinces canadiennes et estime que le conflit étudiant du printemps dernier révèle le refus des Québécois d'accepter le coût réel des services publiques.

"Si la province ne fait pas des efforts pour innover, elle va continuer à décliner. Le 4 septembre, les électeurs devraient reconnaître que le statu quo n'est pas une option viable", conclut l'éditorial.

"Pour les électeurs québécois, la CAQ (Coalition Avenir Québec, centre-droit) est le meilleur choix", titre de son côté le National Post. La chef du PQ, Pauline Marois, "veut détruire le Canada", affirme le journal dans un éditorial, pointant le manque de charisme de celle qui pourrait devenir la première femme de l'histoire à la tête de la province francophone.

"Parmi les trois principaux dirigeants, (le chef de la CAQ, François) Legault est le plus apte à diriger le Québec pour faire accroître son économie et moderniser sa société au sein d'un Canada uni", poursuit l'éditorial du National Post, dénonçant les politiques "rétrogrades" du PQ.

Le Toronto Star, qui concède que "la décision revient aux Québécois", estime pour sa part qu'une victoire du PQ forcerait le Premier ministre canadien Stephen Harper à agir en concertation avec le chef de l'opposition à Ottawa Thomas Mulcair pour défendre le fédéralisme dans la province francophone.

"Je crois que cet appui à la CAQ qui vient du Canada anglais n'est pas très surprenant", a commenté samedi Pauline Marois, dont le parti était crédité vendredi de 32% d'intentions de vote, contre 28% pour la CAQ et 26% pour les libéraux du Premier ministre sortant Jean Charest.

amch/sab/chv