NOUVELLES
22/07/2012 12:44 EDT | Actualisé 21/09/2012 05:12 EDT

Les forces gouvernementales mettent fin à la mutinerie dans une base malgache

ANTANANARIVO, Madagascar - Un assaut des forces gouvernementales malgaches a mis fin dimanche à la mutinerie d'un groupe de soldats, qui avaient pris le contrôle dans la journée d'une base militaire proche de l'aéroport d'Ivato, non loin de la capitale Antananarivo, a annoncé l'armée malgache.

Avant l'assaut, les forces gouvernementales avaient envoyé un capitaine négocier avec les mutins, mais ces derniers lui ont tiré dessus et il a succombé ensuite à ces blessures. Lors de l'assaut qui a suivi, plusieurs mutins ont été interpellés, selon l'armée qui n'a pas communiqué leur nombre. On ignorait aussi encore le nombre exact de mutins.

Un journaliste de l'agence Associated Press (AP) a pu entendre des échanges de tirs tout au long de la journée près de l'aéroport. Tous les décollages et atterrissages avaient été suspendus. La base aéronavale d'Ivato abrite notamment les hommes du 1er régiment des forces d'intervention (RFI).

D'après le ministère de la Défense, les mutins étaient menés par un ancien garde du corps de l'ex-ministre de la Défense Noël Rakotonandrasana, emprisonné pour avoir lui-même pris part à une mutinerie en novembre 2010.

La Grande Ile connaît un climat politique particulièrement dégradé depuis que l'opposant Andry Rajoelina a renversé avec le concours de l'armée le président Marc Ravalomanana en 2009. Aujourd'hui exilé en Afrique du Sud, M. Ravalomanana a été condamné par contumace à la prison à vie pour la mort de manifestants en février 2009. Depuis, il tente en vain de négocier son retour.

L'un des pays les plus pauvres au monde, l'ancienne colonie française peine à retrouver la sérénité depuis ces événements. La phase de transition exercée par M. Rajoelina peine à déboucher sur une résolution politique rapide, tandis que plusieurs mouvements sociaux ont eu lieu.

Toutefois, si l'on en croit la presse malgache, MM. Rajoelina et Ravalomanana pourraient se rencontrer mardi aux Seychelles sous la médiation de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC). Par ailleurs, la CENIT (Commission électorale nationale indépendante de la transition) devrait annoncer le calendrier électoral le 1er août prochain.