NOUVELLES
22/07/2012 10:21 EDT | Actualisé 21/09/2012 05:12 EDT

Le Rwanda conteste la suspension de l'aide militaire américaine

Le Rwanda a contesté dimanche la décision des Etats-Unis de suspendre leur aide militaire en raison du soutien de Kigali à un soulèvement armé dans la République Démocratique du Congo (RDC) voisine, affirmant qu'elle reposait sur de "mauvaises informations ".

"Bien que nous respections les droits des partenaires qui participent à notre développement, nous disons clairement à nos amis de Washington et d'ailleurs que cette décision repose sur de mauvaises informations et est factuellement fausse", a affirmé à l'AFP la ministre des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo.

"Comme nous l'avons dit depuis le début, le Rwanda n'est ni la cause, ni le complice de l'instabilité dans l'est de la République démocratique du Congo", a-t-elle affirmé.

Kigali réagissait à un communiqué du département d'Etat américain annonçant que Washington "ne pouvait plus continuer à fournir le financement de l'aide militaire figurant dans l'allocation de l'exercice budgétaire en cours pour le Rwanda".

Ces fonds, d'un montant de 200.000 dollars (164.000 euros) étaient destinés à financer une académie pour des sous-officiers, a précisé la porte-parole. Ils vont être réaffectés à un autre pays qui n'a pas été précisé.

"Le gouvernement des Etats-Unis est gravement préoccupé par les preuves selon lesquelles le Rwanda est impliqué dans la fourniture d'un soutien à des groupes rebelles congolais, dont le M23", actif dans l'est de la RDC, a expliqué le département d'Etat.

Sa porte-parole Darby Holladay a ajouté que les Etats-Unis ont demandé au Rwanda de cesser son soutien au M23, qui, selon elle, "menace de déstabiliser la région".

Un rapport d'experts de l'ONU a récemment affirmé que le M23 avait reçu une aide directe sous forme d'armes, munitions, recrues, de hauts responsables rwandais, mettant nommément en cause le ministre de la Défense, le général James Kabarebe, et le chef d'état-major des armées, le général Charles Kayonga.

Mme Mushikiwabo a ajouté que des responsables rwandais rencontreraient des experts de l'ONU à l'origine du rapport cette semaine à Kigali.

"Nous examinerons chaque assertion contenue dans le rapport et les réfuterons ligne par ligne. Nous présenterons nos réfutations à nos partenaires, y compris aux Etats-Unis", a ajouté la ministre.

Elle a aussi dit que Kigali allait coopérer rapidement avec ses partenaires régionaux pour mettre en pratique une nouvelle initiative prévoyant des patrouilles frontalières communes avec la RDC.

str-hv/efr/jlb