NOUVELLES
22/07/2012 09:07 EDT | Actualisé 21/09/2012 05:12 EDT

Le militant cubain de longue date Oswaldo Paya meurt en voiture à 60 ans

LA HAVANE, Cuba - Le militant cubain Oswaldo Paya, qui a passé des décennies à dénoncer le gouvernement communiste de Fidel et Raul Castro, en plus de devenir l'une des plus importantes voix de la dissension contre leur règne de plus d'un demi-siècle, est mort dimanche dans un accident de voiture, ont indiqué d'autres dissidents. Il avait 60 ans.

Elizardo Sanchez, un défenseur des droits de la personne sur l'île, et le porte-parole de facto de la petite opposition cubaine, a dit avoir confirmé la mort de M. Paya lors d'un accident avec ses associés dans la ville de Bayamo, à 800 kilomètres à l'est de la capitale. Selon lui, l'accident s'est produit en début d'après-midi.

M. Paya voyageait en compagnie de trois autres personnes, dont le Cubain Harold Cepero Escalante, que les médias décrivent comme un collègue militant, et qui a également perdu la vie. Un Espagnol et un Suédois ont aussi été blessés.

M. Paya, qui a tiré sa force de ses racines catholiques alors qu'il réclamait des changements dans son pays natal, a continué de manifester son opposition après que Fidel Castro eut démissionné en raison d'une maladie au début de 2008, qualifiant de déception la passation de la présidence au jeune frère de Fidel, Raul.

Il a d'ailleurs écrit que la force motrice de la société devait être la souveraineté du peuple, et non pas le Parti communiste. Selon lui, le peuple cubain veut des changements qui signifient la liberté et l'expression ouverte de leurs droits civils, politiques, économiques et sociaux.

Cet ingénieur électrique a obtenu une reconnaissance internationale en tant qu'organisateur principal du Projet Varela, une campagne de signatures pour demander aux autorités d'organiser des référendums sur les lois pour garantir des droits civils comme la liberté d'expression et de rassemblement.

Peu de temps avant la visite à Cuba de l'ancien président américain Jimmy Carter en mai 2002, M. Paya a déposé une série de 11 020 signatures au Parlement pour appuyer cette initiative. Plus tard, il a présenté 14 000 signatures supplémentaires à l'Assemblée nationale, représentant un nouveau défi pour le système socialiste de l'île.

Ce projet a été vu comme la plus importante campagne pacifique visant à changer le système établi par Fidel Castro après la révolution cubaine de 1959.

Dans des câbles diplomatiques américains coulés par WikiLeaks, M. Paya et d'autres figures de longue date de l'opposition sont décrits comme étant vieux, engagés dans des rivalités sans importance et déconnectés des réalités des jeunes Cubains.