NOUVELLES
22/07/2012 04:18 EDT | Actualisé 20/09/2012 05:12 EDT

Assauts de l'armée à Damas et Alep, plus de 19.000 morts dans le conflit

L'armée syrienne, appuyée par des chars, a lancé dimanche des offensives pour reprendre des quartiers de Damas et d'Alep au lendemain de succès des rebelles en Syrie, où plus de 19.000 personnes ont été tuées en 16 mois de révolte selon une ONG.

En fin de journée, la capitale du Qatar devait accueillir une réunion ministérielle du comité arabe de suivi sur le conflit en Syrie, le pouvoir du président Bachar al-Assad étant de plus en plus fragilisé après une semaine de violents combats à Damas et la mort de quatre de ses proches collaborateurs.

Dans la capitale, les troupes régulières, qui semblent avoir repris l'initiative face aux rebelles, ont "nettoyé" un nouveau quartier, celui de Qaboune (est), selon l'agence officielle Sana. Un grand nombre de "terroristes" y ont été tués et d'autres arrêtés, selon elle. Des armes ont été saisies.

Des combats se déroulaient également le matin à Barzé (nord), un quartier périphérique où l'armée a également lancé un assaut, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Des troupes appuyées par des chars ont lancé un assaut contre Barzé (...) et deux hélicoptères le bombardent", a affirmé le chef de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, à l'AFP. Au moins une personne a été tuée et plusieurs blessées dans l'assaut.

Des affrontements se déroulaient également dans les vergers de Mazzé, le quartier huppé commandant l'entrée ouest de la capitale, selon des militants.

Selon l'AFP, une explosion a été entendue dans le quartier, et dans le centre de Damas les agents de sécurité ont intensifié leur présence, inspectant des voitures et contrôlant les identités.

Les rebelles avaient annoncé mardi le début de la "bataille de libération" de Damas, mais l'armée a lancé vendredi une contre-offensive qui lui a permis notamment de reconquérir le quartier de Midane à la suite de violents combats.

A Alep (nord), où un nouveau front a été ouvert vendredi, l'armée a lancé à l'aube une offensive pour tenter de reprendre à l'Armée syrienne libre (ASL) le quartier de Salaheddine, a indiqué à l'AFP un militant joint par téléphone.

"De violents combats se déroulent depuis l'aube", a précisé ce militant selon lequel l'ASL composée de civils ayant pris les armes et de déserteurs, tient en outre partiellement les quartiers de Sakhour, Hanano et Sayf al-Dawla.

La journée de samedi a été comme les précédentes marquée par des violences sanglantes: 164 personnes ont péri - 86 civils, 49 militaires et 29 rebelles selon l'OSDH, qui établit un décompte quotidien des morts en se basant sur son réseau de militants sur le terrain,

Selon cette ONG, 19.106 personnes ont péri dans les violences depuis le début en mars 2011 de la révolte marquée au départ par des manifestations pacifiques mais qui s'est ensuite militarisée face à la répression menée par le régime.

Sur les 19.106 morts, la majorité sont des civils (13.296). Selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH, 4.861 soldats et 949 déserteurs ont été tués dans les violences.

Sur le plan diplomatique, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, inquiet de la "détérioration rapide" de la situation, a dépêché en urgence à Damas le sous-secrétaire chargé des opérations de maintien de la paix, le diplomate français Hervé Ladsous.

Paris a estimé pour sa part qu'il fallait préparer au plus-vite l'après Bachar al-Assad et souhaité "la formation rapide d'un gouvernement provisoire" qui devra être "représentatif de la diversité de la société syrienne".

Et alors que les rebelles semblent marquer le pas dans la capitale, ils ont pris le contrôle de plusieurs postes-frontières.

A l'est, ils contrôlent désormais deux des trois principaux points de passage entre l'Irak et la Syrie, à Boukamal et Yaribiyah.

Au nord, la rébellion contrôlait déjà depuis vendredi un des 12 postes-frontières entre la Turquie et le Syrie, celui de Bab al-Hawa.

Avec l'intensification des combats, les rebelles ont plus que jamais besoin d'armes et le contrôle des frontières est vital pour leur approvisionnement.

bur-at/kat/tp