NOUVELLES
21/07/2012 12:07 EDT | Actualisé 20/09/2012 05:12 EDT

Syrie: Paris appelle l'opposition à former un gouvernement de transition

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a appelé samedi l'opposition syrienne "à se mettre en ordre de marche" pour former rapidement un "gouvernement provisoire représentatif de la diversité de la société syrienne".

"Quelles que soient ses manoeuvres, le régime de Bachar al-Assad est condamné par son propre peuple, qui fait preuve d'un grand courage. Le moment est venu de préparer la transition et le jour d'après", a affirmé M. Fabius dans une déclaration écrite.

Le ministre français dit avoir pris un certain nombre de contacts, notamment avec le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi, ainsi qu'avec le Premier ministre du Qatar Hamad Bin Jassim al-Thani.

"Nous sommes tous d'accord pour considérer que l'heure est venue pour l'opposition de se mettre en ordre de marche afin de prendre les commandes du pays", souligne-t-il.

"Nous souhaitons la formation rapide d'un gouvernement provisoire qui devra être représentatif de la diversité de la société syrienne. La France soutient pleinement les efforts de la Ligue arabe dans ce sens", ajoute-t-il.

La France est prête "à toute initiative - y compris la tenue à Paris d'une réunion ministérielle - en vue de consolider les efforts des pays arabes dans la construction de la Syrie de demain", écrit M. Fabius.

"Nous chercherons, par ailleurs, à apporter, avec l'Union européenne, l'aide et le soutien nécessaires aux réfugiés de plus en plus nombreux, en lien avec les pays voisins", conclut le ministre qui abordera cette question, lundi à Bruxelles, avec ses partenaires européens.

Cette déclaration intervient alors que la bataille fait rage à Damas et à Alep (nord) entre rebelles et forces gouvernementales et deux jours après le troisième veto de Moscou et Pékin à une résolution du Conseil de sécurité menaçant Damas de sanctions.

Elle suit aussi l'attentat de mercredi qui a tué quatre hauts responsables syriens de la sécurité en plein coeur de Damas.

Ce n'est pas la première fois qu'Occidentaux et Arabes appellent à l'unité de l'opposition syrienne, composée d'une myriade de groupes et de mouvements qui peinent encore à s'entendre, même si des progrès ont été faits.

Le 6 juillet, Paris avait organisé la troisième réunion du groupe "des amis de la Syrie", qui avait réuni une centaine de pays occidentaux, arabes et organisations.

Le président du Conseil national syrien (CNS), qui apparaît comme le mouvement le plus large et le plus représentatif, le Kurde Abdel Basset Sayda, y avait participé. Le CNS dit être en liaison avec l'Armée syrienne libre (ASL) qui combat sur le terrain les troupes du régime.

far/jlb