NOUVELLES
21/07/2012 08:12 EDT | Actualisé 20/09/2012 05:12 EDT

Sans-abris poignardés en Californie: un suspect a été arrêté

LOS ANGELES, États-Unis - La police de Los Angeles a arrêté un suspect relativement à trois agressions à l'arme blanche contre des sans-abris, survenues dans la région au cours des dernières semaines.

Courtney Anthony Robinson, âgé de 38 ans, a appelé la centrale d'urgence vendredi, confiant être celui dont le visage apparaissait sur les dépliants distribués par les autorités à travers la ville, a indiqué samedi le commandant Andrew Smith. Des policiers ont retrouvé le suspect devant un restaurant de Hollywood, et lui ont passé les menottes aux poignets sans difficultés.

Il a été accusé de tentative de meurtre et est détenu sous une caution de 500 000 $ US.

Les policiers avaient décrit le suspect comme un possible itinérant de Santa Barbara, dont le nom serait aussi celui de David Ben Keyes, qui figurait au bas des notes laissées sur les trois lieux des agressions à l'arme blanche. Courtney Anthony Robinson a admis avoir lui-même signé les notes, qui portaient la mention «arrêt de mort», a raconté l'agent Smith.

L'une des victimes est de Santa Monica, tandis que les deux autres sont de Los Angeles, et toutes ont été poignardées dans le dos alors qu'elles dormaient. Les trois sans-abris, âgés dans la cinquantaine, ont survécu.

Le premier incident est survenu le 3 juin dans le centre-ville de Los Angeles, le second a eu lieu mardi à Santa Monica tandis que le plus récent s'est produit jeudi, lorsqu'une femme a été poignardée à Hollywood.

Le commandant Smith a indiqué que les enquêteurs soupçonnaient Courtney Anthony Robinson d'être lié à d'autres cas d'itinérants poignardés à Santa Barbara, des affaires qui n'avaient pas encore été résolues.

Les détectives ont décrit le suspect comme une personne lucide et capable d'avoir une conversation, mais souffrant possiblement de troubles mentaux, selon ce qu'a rapporté le commandant Smith.

Vendredi, les policiers et des groupes de défense des plus démunis avaient pressé les sans-abris à quitter la rue pour dormir dans les refuges, alors que les nouvelles d'une affaire d'agresseur en série commençaient à se propager.