NOUVELLES
21/07/2012 03:23 EDT | Actualisé 20/09/2012 05:12 EDT

Israël: manifestations à la mémoire d'un manifestant immolé par le feu

Plus de deux mille Israéliens manifestaient samedi soir à Tel Aviv en hommage à la mémoire de Moshé Silman, un Israélien décédé après s'être immolé par le feu le 14 juillet à Tel-Aviv au cours d'une précédente marche de protestation sociale.

"Nous sommes tous ce soir des Moshé Silman", ont scandé les participants lors de la manifestation qui est partie de l'endroit où il s'était immolé. De nombreux manifestants brandissaient des flambeaux, a constaté un journaliste de l'AFP.

"En défilant, nous honorons la mémoire de toutes les victimes de la détresse économique et de la politique anti-sociale du gouvernement israélien" de Benjamin Netanyahu, ont affirmé les organisateurs dans un communiqué.

"Nous exigeons que les gens disposent du nécessaire pour vivre décemment et avoir un toit", ont-ils déclaré. Selon eux, les inégalités constituent une "bombe à retardement" pour la société israélienne.

Des manifestations rassemblant des centaines de participants ont également eu lieu à Jérusalem et Haïfa (nord), selon la police.

Un porte-parole de la police Micky Rosenfelfd a indiqué que des "forces de l'ordre en renfort ont été déployées pour maintenir l'ordre public et faire face à tout événement exceptionnel".

Moshe Silman, 57 ans, est décédé vendredi des suites de ses brûlures. Il doit être enterré dimanche à Holon près de Tel Aviv.

Il s'était immolé samedi dernier lors d'une manifestation à Tel Aviv organisée à l'occasion du premier anniversaire du déclenchement du plus important mouvement de contestation sociale de l'histoire d'Israël.

Les protestations visaient la hausse vertigineuse du coût des logements ainsi que les inégalités croissantes dues en partie à une politique ultra-libérale suivie par le gouvernement Netanyahu.

"J'accuse Israël, Benjamin Netanyahu et (le ministre des Finances) Youval Steinitz d'être responsables de l'humiliation constante que les citoyens d'Israël doivent endurer quotidiennement. Ils prennent aux pauvres pour donner aux riches", avait déclaré Moshe Silman dans une lettre lue à haute voix avant de tenter de mettre fin à ses jours

Ces derniers mois, des tentatives pour relancer le mouvement n'ont rassemblé que quelques milliers de personnes, loin de la mobilisation de 2011 qui avait culminé le 3 septembre avec près d'un demi-million d'Israéliens dans la rue.

bur-jlr/hj