NOUVELLES
20/07/2012 03:59 EDT | Actualisé 18/09/2012 05:12 EDT

Syrie: l'armée reprend un quartier de Damas, les combats se poursuivent ailleurs

DAMAS, Syrie - Les soldats de l'armée syrienne, encadrés par des chars, ont repris le contrôle total du quartier Midan à Damas, a annoncé la télévision officielle vendredi.

Le quartier a été le théâtre de combats extrêmement violents. Plus de 170 personnes ont été tuées à travers la Syrie vendredi, dont une cinquantaine à Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme. Au total, plus de 470 personnes ont été tuées dans les violences au cours des deux derniers jours.

«Nos forces héroïques ont complètement nettoyé la zone de Midan des mercenaires terroristes», a affirmé la télévision syrienne. Les autorités ont saisi un grand nombre d'armes, dont des mitrailleuses, des ceintures d'explosifs, des roquettes et du matériel de communication, toujours selon la télévision officielle.

Contacté par l'Associated Press, le militant Khaled al-Shami, établi à Damas, a affirmé que les insurgés avaient procédé à un «retrait tactique» vendredi matin pour épargner aux civils de nouveaux bombardements.

Mais les insurgés ont lancé des combats dans d'autres quartiers de la capitale, ont indiqué des militants syriens.

Le militant Bashir al-Dimashqi, réfugié en Syrie, a déclaré que les insurgés menaient à Damas des attaques éclair visant les services de sécurité, plutôt que de tenter de contrôler des zones. «Leur stratégie consiste à paralyser les institutions publiques et à saper le régime», a-t-il expliqué.

Les insurgés ont poursuivi leurs attaques dans la capitale vendredi, a confirmé l'Observatoire syrien des droits de l'homme. Selon cette organisation de l'opposition syrienne, ils ont visé un poste de police de la rue Khaled bin Waleed. Des affrontements ont également été recensés dans les quartiers Barzeh et Rukneddine, dans le nord de la ville.

Les autorités syriennes ont tenu à prouver leur succès en emmenant les journalistes visiter le quartier Midan. Dans les rues, un journaliste de l'Associated Press a vu des dizaines de voitures abîmées ou carbonisées, des vitrines fracassées. Les cadavres d'au moins six jeunes hommes gisaient par terre. L'un d'eux, près de la mosquée Saeed Bin Zeid, semblait avoir été touché à la poitrine. D'autres, barbus et habillés en noir, avaient des haches à leurs côtés. Les ordures s'amoncelaient dans les rues désertes, où tous les magasins étaient fermés.

Sur le plan diplomatique, le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé à l'unanimité, vendredi, la prolongation pour 30 jours de la mission des 300 observateurs de l'ONU en Syrie, dont le mandat expirait le jour même. Cette prolongation devrait être la dernière, mais elle pourrait être rallongée si le gouvernement syrien renonce à l'utilisation d'armes lourdes et que le niveau global de violences baisse.