NOUVELLES
20/07/2012 02:21 EDT | Actualisé 19/09/2012 05:12 EDT

Enbridge propose des changements pour son oléoduc controversé Northern Gateway

CALGARY - L'entreprise Enbridge (TSX:ENB) affirme être prête à améliorer la conception de son oléoduc Northern Gateway pour remédier aux craintes soulevées par les autochtones et d'autres groupes d'opposants au projet.

L'entreprise, établie à Calgary, a indiqué vendredi qu'avec les changements proposés, l'oléoduc serait à la fine pointe de la technologie et répondrait aux dernières normes de sécurité en vigueur. Enbridge a fait savoir que les améliorations envisagées feraient bondir la facture de 400 à 500 millions $ supplémentaires.

Entre autres choses, l'entreprise a mentionné que le nouveau modèle inclurait des parois plus épaisses pour les portions où le conduit traverse des rivières.

L'entreprise rehausserait par ailleurs la fréquence du nombre d'inspections d'au moins 50 pour cent, en plus d'assurer une présence continue d'employés dans les stations de pompage des zones reculées.

L'oléoduc, dont les coûts estimés atteignaient déjà 5,5 milliards $ avant l'annonce de vendredi, a fait l'objet d'un débat intense chez les Autochtones et au sein de la communauté. Les détracteurs du projet de Northern Gateway ont évoqué des inquiétudes quant aux possibles risques environnementaux pour le territoire de la Colombie-Britannique et les côtes de la province.

Cette annonce survient au moment où l'Alberta, grand supporteur du projet Northern Gateway, dévoilait un rapport indépendant portant sur la sécurité des oléoducs dans la province.

Des doutes concernant le danger de déversement de pétrole dans les terres et les eaux côtières de la Colombie-Britannique avaient été soulevés par des opposants au projet qui vise à relier les sables bitumineux de l'Alberta au terminal situé près de Kitimat en Colombie-Britannique.

L'entreprise a signifié vendredi qu'elle avait tenu compte des commentaires des citoyens lors des audiences publiques et était disposée à répondre aux préoccupations des gens à l'aide d'une technologie moderne et d'une surveillance adéquate.

«Nous reconnaissons qu'il y a des inquiétudes au sujet de la sécurité entourant l'installation de pipelines parmi les groupes autochtones et le public» a déclaré la vice-présidente exécutive Janet Holder, tout en ajoutant que les mesures annoncées devraient permettre de réaliser un projet sécuritaire dans les régions éloignées.

De son côté, le ministre de l'Énergie de l'Alberta, Ken Hughes, a annoncé que la province confierait à un organisme indépendant la responsabilité de surveiller la sécurité et le bon état des tuyaux qui traversent les zones d'aménagement.

Trois fuites d'oléoduc ont été signalées cette année en Alberta, incluant un déversement de plus de 475 000 litres de pétrole dans la rivière Red Deer, une source importante d'eau potable située au centre de l'Alberta.

L'entreprise qui possède cet oléoduc, Plains Midstream Canada, est responsable d'un des plus importants déversements de pétrole dans le nord de l'Alberta il y a un peu plus d'un an.

Greenpeace a soutenu vendredi que des parties de l'endroit demeuraient hautement contaminées en dépit de ce qu'affirme l'entreprise.