NOUVELLES
20/07/2012 06:23 EDT | Actualisé 19/09/2012 05:12 EDT

Des milliers de réfugiés irakiens fuient la Syrie par la route et par les airs

BAGDAD - Des dizaines de milliers de ressortissants irakiens ont quitté la Syrie par la route ou par avion au cours des deux derniers jours afin d'échapper aux violences, ont annoncé des responsables irakiens vendredi. Des soldats irakiens ont été dépêchés pour fermer la frontière au point de passage pris par les rebelles syriens.

Selon les autorités irakiennes, environ 1000 Irakiens ont déjà quitté Damas à bord de huit avions. Des milliers d'autres ont pris la route en direction de la frontière irakienne.

Environ 88 000 Irakiens sont enregistrés comme réfugiés en Syrie, la plupart à Damas. La Syrie abrite aussi 8000 autres réfugiés provenant de divers pays, dont la Somalie et l'Afghanistan.

Le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) des Nations unies a rapporté vendredi que des assaillants non identifiés avaient abattu une famille de sept réfugiés irakiens dans leur appartement de Damas. La porte-parole du HCR, Melissa Flemming, a affirmé que la famille avait été «assassinée» à bout portant.

Mme Flemming a déclaré que les réfugiés établis en Syrie, principalement des Irakiens qui vivent dans le quartier Seida Zeinab à Damas, avaient quitté leurs maisons à cause de l'intensification des violences et des «menaces ciblées» lancées contre eux.

Un haut responsable de l'armée irakienne, le brigadier-général Qassim al-Dulaimi, a indiqué que plus de 2000 soldats irakiens avaient été déployés pour sceller la frontière dans les environs de Qaim, dont la partie syrienne est contrôlée par les rebelles depuis deux jours. Le passage frontalier a été bloqué avec des murets de béton.

Le gouvernement irakien a déjà envoyé huit avions à Damas pour rapatrier ses ressortissants. Au moins 1000 Irakiens avaient été évacués vendredi matin, selon le capitaine Saad al-Khafaji, du transporteur national Iraqi Airways.

«Nous poursuivrons les vols jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'Irakiens» en Syrie, a-t-il précisé.

Le porte-parole du gouvernement irakien, Ali al-Dabbagh, a indiqué que les trois autres principaux postes frontaliers entre la Syrie et l'Irak étaient toujours contrôlés par les autorités syriennes, qui continuent de traiter les dossiers de ceux qui veulent quitter le pays.

M. Al-Dabbagh a confirmé que les rebelles tenaient le poste frontalier de Qaim, dans la vallée de l'Euphrate, à environ 320 kilomètres à l'ouest de Bagdad, mais a réfuté l'information selon laquelle les rebelles contrôleraient tous les postes frontaliers entre la Syrie et l'Irak.

Selon les autorités irakiennes, une cinquantaine d'autocars transportant environ 3000 personnes ont déjà passé le poste d'Al-Walid, le plus important, au cours des dernières 24 heures.

Le porte-parole de la province irakienne d'Anbar, Mohammed Fathi, a indiqué que la Croix-Rouge avait installé des tentes et distribuait du matériel d'urgence aux réfugiés au point de passage d'Al-Walid.

Il a précisé que les autorités de la province avaient reçu des appels à l'aide d'environ 2000 Irakiens qui vivent à Damas et qui ne peuvent se rendre à l'aéroport à cause des violences. Il a appelé à un cessez-le-feu pour permettre aux réfugiés de fuir.