NOUVELLES
20/07/2012 11:09 EDT | Actualisé 19/09/2012 05:12 EDT

Brandt Snedeker joue 64 et égale le record après 36 trous à l'Omnium britannique

LYTHAM ST. ANNES, Royaume-Uni - Au milieu des nombreux élans désespérés, Brandt Snedeker et Adam Scott ont gardé la tête froide du mieux qu'ils le pouvaient à l'Omnium britannique.

Et regardez qui est à leurs trousses: Tiger Woods.

Snedeker s'est forgé une confortable avance en tête de l'Omnium britannique en égalant le record du tournoi à l'issue des deux premières journées.

L'Américain de 31 ans originaire du Tennessee, qui n'a jamais franchi le seuil de qualification du plus vieux tournoi majeur, a évité les embûches et remis une carte de 64 (moins-6) vendredi, lui permettant d'égaler le meilleur score cumulatif après 36 trous de l'histoire de la compétition.

Nick Faldo avait joué 130 à Muirfield en 1992, en route vers le dernier de ses trois titres acquis à l'Omnium britannique. Snedeker l'a rejoint à moins-10 après les deux premières rondes, et peut seulement espérer qu'il sera dans la même position que Faldo il y a deux décennies au coucher du soleil dimanche.

C'est-à-dire en soulevant la prestigieuse 'Claret Jug'.

«Je suis certain que tout le monde dans cette salle est aussi sous le choc que je le suis en ce moment, a déclaré Snedeker après être entré au centre des médias. Ma philosophie cette semaine était de mettre la balle sur le vert le plus tôt possible. Dès que j'y suis, je peux dire que j'ai une bonne compréhension de la vitesse des verts. Je vais simplement essayer de continuer à faire cela au cours du week-end.»

Scott et Woods pourraient toutefois avoir leur mot à dire dans cette histoire qui se déroule présentement au Royal Lytham & St. Anne, où la température n'a pas joué les trouble-fête comme ce fut le cas la veille. L'emplacement complexe des fanions a cependant contribué à séparer le peloton.

Rory McIlroy a ainsi glissé au classement général.

«C'est juste frustrant quand tu essaies vraiment de générer quelque chose et que ça ne se produit pas», a confié McIlroy.

Phil Mickelson a de son côté été éliminé, échouant dans sa tentative de participer aux rondes du week-end pour la quatrième fois en 19 opporunités.

«Je ne sais pas quoi dire, a reconnu Mickelson après sa pire ronde à l'Omnium britannique depuis 2008. J'ai joué de façon pitoyable.»

Scott, qui compte sur l'expertise de l'ancien cadet de Woods Steve Williams, a entamé la deuxième ronde en après-midi après avoir égalé le record de parcours la veille avec une ronde de 64 — un score qui a été égalé par Snedeker 24 heures plus tard seulement. Même si l'avance qu'il s'était forgée en première ronde était disparue lorsqu'il a entamé sa journée de travail, l'Australien n'a pas bronché après avoir observé un nouveau nom trôner au sommet du tableau des meneurs. Il a plutôt détrôné le meneur sur le neuf de retour en calant trois oiselets, dont un à la suite d'un coup roulé de 10 pieds sur le dernier vert. Il a ainsi joué 67 et présenté un cumulatif de 131.

«C'est un peu le point culminant de tout ce que j'ai fait depuis quelques années, a dit Scott. On dirait que c'est le chemin que j'ai suivi, et il semble simplement que je me sois placé en bonne position après deux jours dans un tournoi majeur.»

Woods a fait rugir la foule en fin de journée, calant son coup d'approche spectaculaire d'une fosse de sable au 18e pour un oiselet. Il a soulevé le poing vers le ciel et a émis un rugissement — comme dans le temps, avant qu'il ne se blesse et n'épouve des ennuis personnels l'empêchant de se porter à l'attaque du record de 18 titres majeurs de Jack Nicklaus. Woods a remis une carte de 67 vendredi qui lui a permis de se retrouver à 134, soit quatre coups derrière Snedeker à l'aube du week-end.

«Je suis très satisfait d'où je suis, a commenté Woods. Nous sommes à la mi-chemin et je suis au coeur de la course.»

Le Danois Thorbjorn Olesen a inscrit des oiselets sur ses deux derniers trous pour une ronde de 66 et un pointage cumulatif de 135. Jason Dufner (66), Matt Kuchar (67), Thomas Aiken (68), Graeme McDowell (69) et Paul Lawrie (71) sont toujours dans la course au titre à 136. Ernie Els (70) a suivi un coup derrière, tandis que le no 1 mondial Luke Donald et Steve Stricker faisaient partie d'un groupe de golfeurs à 138.

Contrairement aux deux premières rondes, les prévisions météorologiques faisaient état de conditions sèches pour le week-end.