NOUVELLES
20/07/2012 03:15 EDT | Actualisé 18/09/2012 05:12 EDT

Australie: les basketteuses étaient en économie et les hommes en affaires

Les responsables du basket-ball australien ont fait amende honorable vendredi après avoir été vivement critiqués pour avoir placé l'équipe de basket masculine en classe affaires alors que l'équipe féminine voyageait en économie, lors du vol vers Londres pour les JO.

Un incident semblable s'était déroulé en début de semaine au Japon, où l'équipe féminine de football, parmi les favorites pour la médaille d'or, a voyagé en économie alors que leurs collègues masculins, dans le même avion, étaient en classe affaires.

"Je suis d'avis que les voyages entrepris par les équipes devraient se faire de manière équitable pour nos athlètes masculins et féminins", a déclaré la ministre australienne des Sports, Kate Lundy, au quotidien Sydney Morning Herald paru vendredi.

La Fédération australienne de basket a indiqué que chaque équipe nationale disposait d'une certaine liberté dans les dépenses, y compris pour les frais de transport, mais elle a reconnu que l'inégalité n'était pas acceptable.

"Lorsqu'une politique débouche sur une inégalité entre les sexes, nous ne pouvons évidemment pas continuer ainsi", a déclaré le directeur de la fédération Scott Derwin.

"Je mets en place une révision de notre politique de voyage pour les JO, avec pour objectif de s'assurer d'une égalité entre les femmes et les hommes lors de leurs déplacements pour les prochains JO", a-t-il ajouté.

Kristina Keneally, qui succède le mois prochain à Scott Derwin, a souligné que "dans ces circonstances, la disparité est d'autant plus troublante que notre équipe de basket féminine est une des deux meilleures au monde".

"Ca a toujours été un motif de mécontentement pour ceux qui étaient au courant: les filles ont toujours volé en économie, où qu'elles aillent, et les garçons en classe affaires", a déclaré Bernie Harrower, le père de la joueuse Kristi Harrower, à la radio ABC.

La déléguée gouvernementale à l'Egalité des genres, Elizabeth Broderick, a décrit cette différence de traitement comme "un exemple hautement visible d'inégalité des genres parmi nos meilleurs athlètes". "Insuffisant", a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

L'équipe de football féminin japonaise avait elle aussi protesté en début de semaine, sur le même thème.

Depuis les JO de 1996, l'Association japonaise de football fait voyager ses joueurs masculins en classe affaires, arguant de leur statut de joueurs professionnels.

L'équipe féminine nipponne est championne du monde et l'une des favorites pour la médaille d'or à Londres. L'équipe masculine n'a que peu de chance de monter sur le podium.

 "Lorsque nous avons gagné la Coup du monde, nous avons eu des billets pour la classe affaire pour notre vol de retour. J'espère que nous allons obtenir un aussi bon résultat et avoir droit ainsi au même traitement", a commenté, un brin ironique, Homare Sawa, nommée joueuse de l'année en 2011 par la Fifa.

mfc-fmp/jgu