NOUVELLES
19/07/2012 04:52 EDT | Actualisé 18/09/2012 05:12 EDT

Les fuites d'informations confidentielles ont affaibli la sécurité des USA (parlementaires)

Les principaux responsables de la défense américaine jugent que les récentes fuites d'informations confidentielles dans la presse ont provoqué des "dégâts" pour la sécurité des opérations, ont rapporté jeudi des parlementaires à l'issue d'une audition à huis clos.

Le secrétaire à la Défense Leon Panetta et le plus haut gradé américain, le général Martin Dempsey, ont présenté les mesures prises par le Pentagone pour empêcher de telles divulgations lors de cette audition devant la puissante commission de la Défense de la Chambre des représentants.

"Ils ne sont pas entrés dans les détails mais je pense qu'ils sont d'accord sur le fait que cela a provoqué des dégâts", a confié à des journalistes le président de la commission, le républicain Buck McKeon, à l'issue de l'audition.

"Ils nous ont assuré avoir pris des mesures pour limiter ces fuites car elles risquent de nuire gravement aux personnes impliquées dans des opérations", a-t-il ajouté.

Le ministère de la Justice a ouvert deux enquêtes pénales le mois dernier après un tollé au Congrès provoqué par ces fuites. Les élus avaient déploré la divulgation dans le New York Times d'informations selon lesquelles Barack Obama serait responsable d'une augmentation des attaques informatiques contre le programme nucléaire iranien, après la découverte en 2010 du puissant virus Stuxnet.

D'autres fuites avaient concerné les attaques de drones au Yémen et dans la Corne de l'Afrique.

Certains républicains avaient laissé entendre que la Maison Blanche avait divulgué ces informations à la presse à dessein, pour renforcer la stature de Barack Obama comme commandant en chef en pleine campagne électorale.

Plus de 4 millions d'Américains disposent d'une accréditation secret-défense et empêcher les données sensibles de circuler est illusoire à l'ère numérique, selon Buck McKeon et Adam Smith, principal membre démocrate de la commission.

"Je ne sais pas s'il y a quoi que ce soit de changé. C'est la même vieille rengaine, il y a simplement beaucoup plus d'outils pour disséminer l'information et beaucoup plus de personnes qui sont au courant", a expliqué M. Smith.

mlm/mra/bar