NOUVELLES
19/07/2012 05:03 EDT | Actualisé 18/09/2012 05:12 EDT

Irak: l'ONU inquiète du manque de progrès dans le relogement d'Achraf

Le représentant spécial de l'ONU en Irak, Martin Kobler, a déploré jeudi le "manque de progrès" dans le relogement des opposants iraniens du camp d'Achraf en Irak, avertissant que la patience du gouvernement irakien était "presque à bout".

L'Irak avait prévu de fermer fin 2011 le camp d'Achraf, situé à 80 km au nord-est de Bagdad, avant d'accepter d'en repousser l'échéance.

Mais le transfert des quelque 3.400 personnes du camp vers un autre site près de Bagdad, commencé en février et achevé aux deux tiers, est interrompu depuis le 5 mai.

Environ 1.200 membres des Moudjahidine du peuple, un groupe de l'opposition iranienne, sont toujours à Achraf, selon M. Kobler qui s'exprimait devant le Conseil de sécurité des Nations unies jeudi.

"Le temps presse pour trouver une solution durable", a souligné M. Kobler. "Il y a eu des difficultés ces dernières semaines pour maintenir le dialogue entre la Mission de l'ONU en Irak et les résidents (du camp d'Achraf), et entre ceux-ci et le gouvernement irakien, renforçant l'impression que ces résidents n'ont pas vraiment la volonté" de partir, a-t-il expliqué.

"Jusqu'à présent, pratiquement aucun Etat membre n'a offert d'accueillir des anciens résidents d'Achraf", a-t-il ajouté. "Sans perspective de relogement, ce processus risque de capoter".

L'ancien président irakien Saddam Hussein avait installé dans le camp d'Achraf l'Organisation des Moudjahidine du Peuple d'Iran (OMPI), dont les membres lui avaient servi de supplétifs durant sa guerre contre l'Iran (1980-1988).

tw/avz/sam