NOUVELLES
19/07/2012 05:35 EDT | Actualisé 18/09/2012 05:12 EDT

Attentat de Munich: la Maison Blanche pour un hommage à l'ouverture des JO

La Maison Blanche a dit jeudi soutenir l'idée d'un moment de silence lors de la cérémonie d'ouverture des jeux Olympiques démarrant en fin de mois à Londres, pour marquer le 40e anniversaire de la prise d'otages sanglante des jeux de Munich (Allemagne).

"Nous soutenons absolument la campagne en faveur d'un moment de silence aux jeux Olympiques pour honorer les athlètes israéliens tués à Munich" en 1972, a affirmé à l'AFP le porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain, Tommy Vietor, confirmant une information révélée par Yahoo! News.

M. Vietor a ensuite précisé que les Etats-Unis souhaitaient qu'un tel hommage se déroule lors de la cérémonie d'ouverture.

Le 5 septembre 1972, la prise d'otages des athlètes israéliens par les membres d'une organisation palestinienne appelée "Septembre noir" avait tourné au bain de sang, se soldant par la mort de 11 sportifs, d'un policier ouest-allemand et de cinq membres du commando.

Le principe d'une telle commémoration avait déjà été soutenu début juillet par le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle. Ce dernier avait écrit au président du Comité international olympique (CIO), Jacques Rogge, pour lui demander d'accéder à sa demande lors des jeux de Londres qui doivent débuter le 27 juillet.

Le CIO avait opposé une fin de non-recevoir à cette demande fin mai, après qu'elle eut été formulée par Israël.

"Le CIO a régulièrement commémoré la tragédie de 1972 et le fera une nouvelle fois à Londres lors d'une cérémonie qui se déroulera pendant les Jeux, mais il n'y aura pas de minute de silence durant la cérémonie d'ouverture", avait indiqué une porte-parole du CIO à l'AFP.

De même source, la décision a été prise par le CIO en concertation avec le Comité olympique israélien et signifiée à Israël par une lettre de M. Rogge.

"Ce n'est pas à proprement parler un refus d'organiser une minute de silence", avait assuré la porte-parole.

tq/sam