NOUVELLES
18/07/2012 05:00 EDT | Actualisé 17/09/2012 05:12 EDT

Plus de personnes traitées pour le sida dans les pays pauvres, selon ONUSIDA

WASHINGTON - Un nombre record de 8 millions de personnes atteintes du VIH vivant dans des pays pauvres bénéficiaient d'un traitement l'an dernier, et les nouveaux cas d'infection chez les enfants ne cessent de baisser, a annoncé mercredi l'ONU dans son plus récent rapport sur le sida.

Le document a été rendu public à quelques jours de l'ouverture, à Washington, de la plus importante conférence internationale sur le virus, avec l'objectif de contrer l'épidémie grâce à des recherches prouvant qu'il est possible de ralentir considérablement la propagation du virus.

Le directeur exécutif d'ONUSIDA, Michel Sidibé, indique dans le rapport que le monde méritait un avenir sans une seule nouvelle infection au VIH, sans aucune discrimination et sans aucun décès lié au sida.

Cet idéal est toutefois loin d'être atteint, puisque 34,2 millions de personnes vivent avec le virus du sida sur la planète, dont 2,5 millions ont été contaminées en 2011. L'an dernier, 1,7 million de personnes en sont mortes, même si les nouvelles infections et les décès ont baissé.

Le rapport souligne toutefois certains progrès réalisés.

Plus de 8 millions de personnes séropositives ont été traitées dans les pays en voie de développement en 2011, contre 6,6 millions en 2010, selon ONUSIDA, le programme de lutte contre le VIH et le sida des Nations unies.

À ce rythme, l'objectif de l'ONU de traiter 15 millions de patients dans ces pays d'ici 2015 devrait être atteint, indique le document.

La plus grande accessibilité du traitement ne sauve pas seulement la vie des séropositifs. De nouvelles études montrent que soigner les patients plus rapidement afin qu'ils demeurent en santé diminue également le risque qu'ils infectent d'autres gens.

«Nous devons augmenter ce nombre aussi vite que possible», a affirmé Chris Collins, d'amfAR, une fondation qui finance la recherche sur le sida, avant d'ajouter que la hausse de personnes traitées en 2011 était plus importante que prévu.

«Si nous pouvons offrir le traitement contre le sida à grande échelle, nous allons non seulement sauver des vies mais aussi prévenir la contamination et commencer à mettre un terme à cette épidémie.»

Autre objectif important: éliminer presque complètement les nouvelles infections chez les enfants d'ici 2015, incluant les cas de transmission durant la grossesse.

Selon le rapport, environ 330 000 enfants ont été contaminés en 2011, une baisse de 24 pour cent par rapport à 2009.

Près de 60 pour cent des 1,5 million de femmes enceintes séropositives résidant dans des pays pauvres ont reçu des médicaments contre le sida l'an dernier, réduisant ainsi leur risque de transmettre le virus à leur bébé.