NOUVELLES
17/07/2012 05:08 EDT | Actualisé 15/09/2012 05:12 EDT

Fifa/pots de vin: des dirigeants politiques allemands indignés par Blatter

Plusieurs dirigeants politiques allemands ont réclamé mardi que le président de la Fifa Sepp Blatter soit privé de l'Ordre du mérite, la plus haute distinction du pays, pour son attitude dans le scandale de corruption secouant la Fédération internationale de football.

"Il est prouvé que Sepp Blatter fait partie du système endémique de corruption de la Fifa. C'est pourquoi on doit lui retirer l'Ordre du mérite allemand", s'insurge le député vert européen Reinhard Bütikofer au quotidien Die Welt.

"Si M. Blatter continue de ne pas vouloir d'explications sur l'affaire des pots de vin, alors il faut réfléchir à lui retirer l'Ordre du mérite allemand", déclare un dirigeant du groupe parlementaire des sociaux-démocrates (SPD), Thomas Oppermann, au même journal.

Et d'ajouter: "Il est prouvé que des pots de vin ont été versés à des fonctionnaires de la Fifa. Et Monsieur Blatter avait connaissance de ces paiements".

Le Suisse Blatter s'est vu octroyer l'Ordre du mérite en 2006 par la chancelière Angela Merkel après l'attribution à l'Allemagne de l'organisation de la Coupe du monde cette même année.

Dans une lettre ouverte à l'Allemagne parue mardi dans le quotidien le plus lu du pays, Bild, Blatter relativise les propos qu'il a tenus dans le journal dominical suisse SonntagsBlick, interprétés en Allemagne comme un aveu de corruption lors de l'attribution de ce Mondial 2006.

"On peut toujours trouver quelque chose pour remettre en question la légitimité d'une décision", dit-il à Bild.

Samedi, le président de la Fédération allemande de football Wolfgang Niersbach s'était dit "choqué" par le fait que M. Blatter minimise la gravité des faits de corruption au sein de la Fifa, ajoutant toutefois que la décision éventuelle de démissionner de son poste lui revenait.

Ce mardi, le comité exécutif de la Fifa était réuni en séance extraordinaire à Zurich concernant sa réforme éthique, alors que les polémiques encerclent toujours l'instance, avec notamment les nouveaux remous de l'affaire ISL, une ex-compagnie détentrice de droits accusée de pots-de-vin.

clp/fjb/chc