NOUVELLES
16/07/2012 09:08 EDT | Actualisé 15/09/2012 05:12 EDT

Trois membres des forces de sécurité tués en Irak

Trois membres des forces de sécurité irakiennes ont été tués lundi dans le nord du pays lors de deux attaques, tandis qu'un haut responsable d'Al-Qaïda en Irak s'est donné la mort alors qu'il était encerclé par la police, a-t-on appris auprès des autorités.

Dans la province de Ninive, l'explosion d'une bombe placée en bord de route a tué deux soldats, qui n'étaient pas en service, au passage de leur véhicule à al-Kissik, une ville située à l'ouest de Mossoul (350 km au nord de Bagdad), selon le lieutenant Khalaf Zaidan.

A Touz Khourmatou, à 175 km au nord de la capitale irakienne, des hommes armés ont fait irruption dans la maison d'un couple employé au service de protection des bâtiments officiels, qui dépend du ministère de l'Intérieur.

Les assaillants ont enlevé le mari et tué sa femme, selon le colonel Sherzad Moufri, chef du service pour la région de Kirkouk.

Par ailleurs, cinq personnes ont été blessées par l'explosion d'une voiture piégée près d'un restaurant situé sur la route qui relie Bagdad et Balad, à 70 km au nord de la capitale, selon un officier de la police de Balad et un médecin de l'hôpital de la ville.

Dans la province d'Anbar, à l'ouest de Bagdad, le chef présumé de l'Etat islamique d'Irak, un paravent d'Al-Qaïda, pour la région au sud de la capitale s'est donné la mort alors que sa maison était encerclée par la police, selon le général Hadi Arzaij, chef de la police de la province.

"Le terroriste Amid Hamid Jari, connu pour être le +Wali+ (dirigeant) de l'Etat islamique d'Irak dans le sud de Bagdad, s'est suicidé d'une balle dans la tête alors que nos forces cernaient sa maison à Saghlawiya", a dit le général Arzaij.

Les violences en Irak ont considérablement diminué par rapport aux terribles années 2006 et 2007 mais demeurent courantes dans le pays, qui est en proie à une grave crise politique et à des tensions confessionnelles.

bur-psr/gde/vv/cco